Cinéma

César 2018 : Johnny Hallyday, Jeanne Moreau, Mireille Darc… Ils nous ont quittés en 2017

Avant de célébrer les nouveaux talents du cinéma français ce vendredi, les César 2018 rendront hommage aux grands acteurs disparus courant de l'année 2017. Non Stop People vous propose de leur rendre un nouvel hommage.

Ce vendredi 2 mars, la 43ème cérémonie des César tâchera de récompenser les plus grands espoirs du cinéma français. Mais elle n’oubliera pas non plus d’honorer les grandes stars disparues. En effet, l’année 2017 a été celle du deuil pour le septième art. Parmi les disparitions les plus commentées, il y a bien évidemment celle de Johnny Hallyday. Si le chanteur disparu en décembre dernier n' a pas basé sa carrière sur le cinéma, il a fait plusieurs apparitions très remarquées, notamment dans le film "Jean-Philippe". Lui qui a déjà fait l'objet d'un bel hommage lors des Victoires de la musique 2018 devrait à nouveau avoir son quart d'heure de gloire lors des César diffusés ce vendredi. De leur côté, Jeanne Moreau et Mireille Darc ne seront pas oubliées non plus. Icônes mythiques des années 70, elles ont toutes deux rendu leur dernier souffle courant de l’année 2017. Des disparitions tragiques qui laissent un grand vide dans le cœur des Français. Même chose pour Victor Lanoux, qui après avoir incarné pendant plus de 30 ans le mythique personnage de "Louis la brocante", est décédé d’un AVC en mai dernier. 

La doyenne des comédiennes française s'est éteinte

Si Mireille Darc et Johnny Hallyday font partie des disparitions les plus médiatisées, certaines, tout aussi importantes, sont passées plus inaperçues. C’est le cas de Robert Hirsch, décédé à l’âge de 92 ans à la mi-novembre. Grande figure du théâtre français, il avait été distingué par de nombreux prix, dont un César en 1990. Doyenne des comédiennes françaises, Gisèle Casadesus, elle, est décédée à l’âge de 103 ans. Récemment, elle avait été aperçue au côté de Gérard Depardieu dans le film "La tête en friche", sorti en 2010. Du côté des réalisateurs, Alain Berbérian nous a quittés le 14 septembre dernier. A la tête de mythiques comédies françaises telles que "La cité de la peur" ou "Le boulet", il laisse un grand vide derrière-lui et devrait probablement, ainsi que ses camarades disparus, faire l’objet d’un émouvant hommage, ce vendredi 2 mars.

Par Lana Muller

Outbrain
Fil d'infos