• Non Stop People
    est disponible sur
  • Canalsat46
  • Free86
  • Orange84
Cinéma

"Colette" : pourquoi le film évoque les minorités sexuelles et raciales [EXCLU VIDEO]

"Colette" : pourquoi le film évoque les minorités sexuelles et raciales [EXCLU VIDEO]
  • A-
  • A+
Partager Google+

Wash Westmoreland rend hommage à une pointure de la littérature française dans son film "Colette", en salles dès ce mercredi 16 janvier. A l'occasion de l'avant-première de son nouveau long-métrage, le réalisateur a révélé pourquoi il avait décidé d'honorer Sidonie-Gabrielle Colette, auteure qui avait fait scandale à cause de sa bisexualité. Non Stop People est allé à la rencontre du cinéaste.

On la connaît pour sa série "Claudine" ou encore pour "La Vagabonde", mais qui était vraiment Sidonie-Gabrielle Colette, alias Colette ? Wash Westmoreland nous apporte toutes les réponses dans "Colette", son tout dernier film en salles dès ce mercredi 16 janvier. Pour incarner cette pointure de la littérature, qui a longtemps vécu dans l'ombre de son mari Henri Gauthier-Villars, également auteur, le cinéaste de 52 ans a fait appel à nul autre que Keira Knightley, emblème des films d'époque ("Orgueil et préjugés", "The Duchess", "Reviens-moi" ou encore "A Dangerous Method", ndlr). La comédienne redonne vie à cette écrivaine qui avait fait scandale à son époque pour avoir assumé librement sa bisexualité, notamment lorsqu'elle avait embrassé publiquement sa maîtresse, Mathilde de Morny, avec qui elle a vécu une torride histoire d'amour. A l'occasion de l'avant-première de "Colette", événement qui s'est déroulé le jeudi 10 janvier dernier, Wash Westmoreland nous a expliqué en toute exclusivité pourquoi et comment son film rend enfin justice aux femmes, dont l'expertise et le talent ont trop souvent été négligés par le passé, mais aussi aux minorités raciales et à la communauté LGBTQ+. 

Non Stop People : Dans "Colette", vous évoquez le féminisme, la bisexualité et l’androgynie. Pourquoi avez-vous décidé de dédier ce film à la vie de Colette ?
Wash Westmoreland : Ce sont mes trois mots préférés : féminisme, androgynie et bisexualité. Elle saute des pages d’un livre d’histoire. En vivant une vie si mouvementée, en faisant beaucoup de choses pour la première fois, en étant cette personnalité très puissante… Elle a affirmé sa propre vérité et a été très courageuse. Elle a aussi été une pionnière. C’est pour ça qu’elle nous a attiré, avec le scénariste Richard Glatzer. On s’est dit qu’on pouvait faire un film remarquable sur Colette.

NSP : Etait-ce un moyen pour vous de casser les codes très traditionnels et conservateurs des films d’époque, dont Kiera Knightley est un peu l’ambassadrice ?
WW : Les films d’époque ont souvent été perçus comme un genre très sage parce qu’ils mettent avant des personnages blancs issus de la classe moyenne supérieure. Ils se basent aussi sur des œuvres littéraires qui ont été déjà acceptées et qui respectent les codes littéraires. Donc il n’y a rien d’imprévisible qu’il s’y passe. Avec Colette, on retrouve quelque chose de très différent. Beaucoup de films d’époque passent deux heures à raconter comment un couple décide de se marier. Mais Colette était très sexuelle et très ouverte au sujet de sa sexualité. Elle n’avait aucune honte et n’éprouvait aucune culpabilité. Donc, immédiatement, c’est quelque chose de très nouveau dans la tradition des films d’époques. Elle vivait sa vie de façon à casser tous les codes, ce qui secoue le film d’époque. Avec ce film et "The Favourite", il y a l’émergence d’un nouveau type de films d’époque.

NSP : En parlant de changement, pensez-vous que les minorités sont mieux représentées et ont une meilleure place à Hollywood ?
WW : Les minorités commencent à être enfin reconnues comme faisant partie de l’histoire. En tout cas, en terme d’histoire queer ou LGBTQ+, il y a eu beaucoup de mises en avant des personnages historiques queers. Mais aussi de comment ils ont été forcés à rester silencieux. L’histoire de Colette, on ne peut pas la raconter sans évoquer qui elle était vraiment et comment elle exprimait librement son attirance pour les femmes. Pour les minorités raciales, c’est important de se tourner vers le passé et de voir que la société n’a pas été composée que de Blancs. Il y avait de la diversité dans la société française des années 1900. Donc on essaie de représenter ça à travers ce film. 

 

 

Par Laura C-M

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
  • 01 juin Cyril Hanouna @Cyrilhanouna
    Une expérience de ouf ! #APOAL https://t.co/m6xyQSLHSE
    Détails
  • 01 juin Kim Kardashian West @KimKardashian
    This is heartbreaking and so disturbing. Does anyone know how I can get in contact with her? I would love to help h… https://t.co/cjXmnaKFNa
    Détails
  • 01 juin Non Stop People @NonStopPeople
    Afida Turner : son hallucinant passage sur C8 pour aborder sa candidature à la présidentielle de 2022… https://t.co/O9UHZrLlQb
    Détails