Cinéma

Glenn Close raconte sa triste enfance passée dans une secte

Glenn Close raconte sa triste enfance passée dans une secte
  • A-
  • A+

Très discrète sur sa vie privée, Glenn Close vient pourtant de faire une révélation étonnante. Dans une récente interview, la star de 67 ans explique en effet avoir grandi dans une secte en Suisse.

Voilà une histoire digne d’un film dramatique hollywoodien. Dans un récent entretien accordé au magazine The Hollywood Reporter, Glenn Close a révélé avoir grandi sous l’influence d’un véritable tyran. En effet, alors qu’elle n’avait que 7 ans, l’actrice de Liaison Fatale a été enrôlée par son père, le docteur William Taliaferro, dans une secte basée en Suisse. Adorateur du mouvement Moral Re-Armement, ce dernier avait décidé de s’installer avec toute sa famille au quartier général du culte, basé à Caux. En tout, Glenn Close aura passé quinze ans sous le contrôle du révérend Franck Buchman, un gourou fondamentaliste évangélique.

Elle raconte : « Nous n’étions pas autorisés à faire quoi que ce soit. Ou sinon, on nous faisait culpabiliser pour tout désir qui semblait naturel ». Bien évidemment, l’actrice a été énormément marquée par cette enfance sous influence : « Pendant des années, je n’arrivais plus à suivre mes instincts parce que toutes mes croyances avaient été dictées par quelqu’un. (…) Quand on fait partie d’un groupe qui vous dicte comment vous devez vivre, ce que vous devez dire, et ce que vous devez ressentir, ça a forcément un profond impact sur vous, surtout quand vous grandissez à l’intérieur. C’est difficile de s’en remettre ».

La star a pardonné à son père

Bien qu’elle refuse de révéler en interview comment elle s’est échappée de la secte, expliquant seulement : « Je n’avais aucun outil en main pour partir, mais je l’ai fait », Glenn Close indique tout de même qu’elle a pardonné à son père. Celle qui a remporté deux Golden Globes et a été nommée six fois aux Oscars conclut : « J’ai toujours eu l’impression que les enfants ont le devoir de pardonner. C’est comme ça que ça marche. Le pardon est un concept révolutionnaire, parce que sans lui, on perpétue ce qui a été fait avant. On doit se dire : ‘Tout cela s’arrête avec moi’ ».

Par Anais Orieul

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
  • 09 déc Cyril Hanouna @Cyrilhanouna

    Le vendredi c est tjrs la folie dans #TPMP et on fera un point sur #PetitBabaNoel https://t.co/N1WV5tiLuM

    Détails
  • 09 déc Non Stop People @NonStopPeople

    .@Mdelormeau : "Mon chauffeur Uber m’a pris pour @MPokora ! » https://t.co/qMZBxVU5dQ https://t.co/087qlFbk2U

    Détails
  • 09 déc Non Stop People @NonStopPeople

    VIDEO - @JeniferOfficiel harcelée par les paparazzi, elle prépare sa vengeance ! https://t.co/elW1EwybOf https://t.co/bFDSxqFmQT

    Détails