• Non Stop People
    est disponible sur
  • Canalsat46
  • Free86
  • Orange84
Cinéma

Léa Seydoux se met à nu : "Le cinéma a donné un sens à ma vie"

Léa Seydoux se met à nu : "Le cinéma a donné un sens à ma vie"
(c) Maxppp
  • A-
  • A+
Partager Google+

A bientôt 30 ans, Léa Seydoux est l’actrice que tous les réalisateurs s’arrachent. Prochaine James Bond Girl dans "Spectre" de Sam Mendes, elle est également à l’affiche de "The Lobster" qu’elle présente cette année, à Cannes. Pour l’occasion, la petite Française a donné une interview au Madame Figaro, un entretien dans lequel elle se livre sans détour.

"Je n’ai aucun diplôme mais j’ai la Palme d’or" ironise Léa Seydoux. A l’aube de la trentaine, elle est en effet la seule, avec sa partenaire de jeu Adèle Exarchopoulos, à avoir obtenu une Palme d’or pour son interprétation dans "La Vie d’Adèle" d’Abdellatif Kechiche. Une expérience marquante pour l’actrice. Un succès immédiat bien qu’en demi-teinte, entaché par les polémiques qui ont suivi la sortie du film. En dénonçant les conditions de tournage et la sévérité de son réalisateur, Léa Seydoux a jeté un pavé dans la mare. Mais aujourd’hui, "c’est une affaire classée" assure-t-elle. "Avoir reçu la Palme d’or reste un moment exceptionnel. Pour le reste, j’assume mes actes et mes propos. Nous ne sommes pas revus avec Kechiche, et je ne crois pas qu’il me refera travailler. Le temps a passé, on évolue. La vie d’actrice est une vie à rebondissements. A chaque film j’apprends, mais il y a quelque chose d’immuable : je suis toujours aussi timide et mon cœur continue de battre devant une caméra. Le trac ne me quitte pas. Je ne sais pas si je suis une bonne actrice, mais je sais que je suis une actrice, une actrice qui s’investit et qui fait le job. Jouer, c’est un vertige, un précipice, un saut dans le vide. Olivier Py a dit, je crois, que c’était comme un rendez-vous avec la mort. Il y a quelque chose de cet ordre-là…".

Sorte de mutante dans le milieu du cinéma, avec sa fragilité qui explose à l’écran et cette ténacité qui transcende son jeu, elle incarne également la classe Hollywoodienne et l’élégance Française. Un savoureux mélange qui l’érige, aujourd’hui, au rang des très grandes actrices. En prenant les traits de la nouvelle James Bond Girl, au côté de Daniel Craig, elle signe là l’aboutissement d’une quête. Quête de reconnaissance, d’une séduction jamais étanche ? "Je n’ai pas envie de séduire à tout prix, je n’ai pas ce souci-là. Je suis plutôt pour "qui m’aime me suive" déclare-t-elle. "Je ne me sens pas dépendante du désir des autres. Je tiens ça de ma mère, qui est mon modèle féminin. Elle est très belle mais n’a jamais été dépendante du désir des hommes. Elle est libre, elle fait ce qu’elle veut, s’habille avec ce qu’elle trouve". Icône de la sensualité et du mystère, Léa Seydoux ne se formalise pas face à l’image qu’elle renvoie, bien que le mystère Léa Seydoux la dépasse un petit peu : "Je me plais. Je me trouve plutôt jolie, même si je sais que je peux ne pas l’être et, à vrai dire, je m’en fiche un peu. Il y a plein d’actrices que les gens trouvent sublimes et qui ne me plaisent pas. J’aime les beautés singulières, les filles un peu différentes, Marion Cotillard, Eva Green ou Carey Mulligan avec sa drôle de tête" assure-t-elle dans les colonnes du magazine.

"Les extrêmes passionnels d’une Isabelle Adjani, c’est très beau mais ça ne serait plus possible aujourd’hui"

Discrète sur sa vie privée, l’actrice avait fait les gros titres de la presse en déclarant récemment avoir "rencontré quelqu’un de bien", un homme qui la rendait heureuse. Prudente, Léa Seydoux en dit un peu plus sur l’amoureuse qu’elle est: "Je suis dans la construction, j’ai envie de bâtir une vie de famille. Et je crois que les actrices y réussissent plutôt assez bien aujourd’hui : aucune d’entre nous n’a envie de destruction. Les extrêmes passionnels d’une Isabelle Adjani, c’est très beau mais ça ne serait plus possible aujourd’hui…" confie-t-elle.

Fille de Valérie Schlumberger et Henri Seydoux (PDG de Parrot), petite-fille de Jérôme Seydoux, président de Pathé, qui est lui-même le frère de Nicolas Seydoux (président de Gaumont), le cinéma fait partie intégrante de sa vie : "Petite, j’étais chez les bonnes sœurs, où j’entendais : "Dieu est notre sauveur". Je ne comprenais pas. Nous sauver de quoi ? Aujourd’hui, je comprends mieux qu’on puisse avoir envie d’être sauvé, peu importe par qui. Je ne dirais pas que le cinéma m’a sauvée, mais ce dont je suis sûre, c’est qu’il m’est nécessaire, que je l’aime et qu’il a donné un sens à ma vie. Je fais des films pour toucher les gens" conclut-elle.

Par Eva

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
  • 15 déc Non Stop People @NonStopPeople
    Le prince Harry et Meghan Markle vont se marier au printemps prochain ! La date exacte https://t.co/q0uOD3Moqe https://t.co/ugIKLH1epr
    Détails
  • 15 déc lafouine @lafouine78
    Quand j'partirai ne venez pas pleurer sur ma tombe, combien sont sincères 💔 ? https://t.co/f8Mt6RJ8d5
    Détails
  • 15 déc Non Stop People @NonStopPeople
    Pendant des années, Katie Holmes et Jamie Foxx ont dû vivre leur amour à l'abri des regards. Cette époque est désor… https://t.co/YE4I2PMiOj
    Détails