Cinéma

Michel Boujenah discriminé, il pousse un violent coup de gueule "Je suis devenu le "juif-tun" de service"

Michel Boujenah discriminé, il pousse un violent coup de gueule "Je suis devenu le "juif-tun" de service"
  • A-
  • A+

Après avoir sillonné la France pour présenter son dernier one-man-show "Ma vie rêvée", Michel Boujenah s’accorde une pause avant de revenir au Théâtre Edouard VII au mois de novembre. Mercredi, il a profité d’un passage sur RTL pour exposer son mal-être et égratigner le métier.

Il le disait lui-même en novembre dernier. "Si j’étais un son, je serais un éclat de rire", avait expliqué Michel Boujenah sur RTL. Par ses rôles, l’acteur, réalisateur et humoriste est une figure familière du cinéma français depuis le début des années 80 et des scènes de l’hexagone avec ses spectacles, dont le dernier intitulé "Ma vie rêvée" qu’il interprète depuis maintenant deux ans.

Aperçu sur le plateau d’Arthur à l’occasion des 20 ans des Enfants de la télé fin juin, Michel Boujenah avait participé à cette belle fête, malgré son chagrin relatif aux deux attentats qui avaient frappé le pays où il est né, la Tunisie. "Je suis triste, je suis catastrophé pour la Tunisie, expliquait-il alors que le deuxième attentat venait d’avoir lieu à Sousse. J'ai eu beaucoup d'amis de Tunisie au téléphone. Hier, ils étaient effondrés. Ce matin, ils se réveillent en disant qu'il faut se battre, qu'il ne faut pas arrêter leur processus qui est extraordinaire." En avril déjà, il s’était rendu dans sa ville natale, Tunis, en compagnie de la ministre de la Culture Fleur Pellerin, un mois jour pour jour après l’attentat perpétré dans le musée du Bardo. "Je pense sincèrement que la Tunisie est un petit pays mais c’est un grand peuple, et qu’ils l’ont déjà prouvé, confiait-il alors. Il ne faut pas qu’ils soient isolés. Il faut qu’on les aide. Ce voyage, c’est leur témoigner de l’affection et c’est important l’affection. C’est important de se sentir soutenu et aimé."

Moqué et caricaturé pour son accent

Quelques mois plus tard, ces propos trouvent un écho particulier dans la bouche de l’acteur, arrivé en France à l’âge de 11 ans. Dans une interview accordée à RTL mercredi, il a exposé son mal-être face à la discrimination dont il dit avoir été victime depuis le début de sa carrière. "Quand est en France, quand on arrive à 11 ans, qu’on a un défaut de langue et qu’en plus on a un accent juif tunisien à couper au couteau (…) on se moque de vous, parce que l’image qu’on a de vous elle est ridicule, elle est caricaturale", explique-t-il d’abord.

"C'est dégueulasse"

Il revient ensuite sur les effets du succès de son premier spectacle "Albert" en 1980, qui avait pour thème la vie des jeunes juifs tunisiens : "Tout de suite on m’a catalogué, on m’a remis une étiquette, l’étiquette que j’avais quand j’avais 12 ans, 15 ans, 16 ans, 17 ans. Je suis devenu le "juif-tun" de service, ils m’ont refait souffrir encore." Récompensé par un César pour son rôle dans "Trois hommes et un couffin" en 1986, il a beaucoup souffert de ne jamais être nommé aux Molières. "Ça fait 36 ans que je fais ça, je ne mérite pas que mes pairs me disent "T’as bien travaillé !" ? C’est dégueulasse." Pour finir, il promet une tournée d’adieu épicée dans une dizaine d’années : "Le jour où je n’aurai plus la peur de ne pas remplir mon théâtre parce que je ne serai plus jamais invité nulle part, parce que je vais vous massacrer tous, je vais vous dire ce que je pense pour la plupart, globalement."

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
  • 09 déc Britney Spears @britneyspears

    Shooting #SlumberParty w/ my girl @tinashe #tbt💙💗💙💗 https://t.co/gcLAFph5w2

    Détails
  • 09 déc Paris Hilton @ParisHilton

    RT @sofiarichie: Tonight at 1oak with my sis @ParisHilton #galore

    Détails
  • 09 déc Paris Hilton @ParisHilton

    Hey #LA! Can't wait to play for you all Tonight at #1OakLA! Celebrating @TheGaloreMag with my sis @SofiaRichie! See… https://t.co/nBsa1MU7zl

    Détails