• Non Stop People
    est disponible sur
  • Canalsat46
  • Free86
  • Orange84
Cinéma

Milla Jovovich traumatisée : Elle raconte son avortement

Milla Jovovich traumatisée : Elle raconte son avortement
  • A-
  • A+
Partager Google+

Ce mercredi 15 mai, l’actrice Milla Jovovich a réagi sur son compte Instagram à l’adoption en Alabama de la loi la plus répressive sur l’avortement, en parlant de sa propre expérience qui l’a particulièrement traumatisée. Non Stop People vous en dit plus.

Ce mardi 14 mai, une loi particulièrement répressive a été adoptée dans l’État américain de l’Alabama concernant l’avortement. De lourdes peines de prison allant de 10 à 99 ans seront également prévues pour les médecins qui se risqueront à pratiquer l’IVG, mais aussi pour les femmes qui se sont séparées de leur fœtus. Le plus dramatique est que les victimes de viols, mais aussi d’incestes, n’auront pas le droit à de traitement de faveur et devront également garder leur bébé si elles tombent enceintes. Ce mercredi 15 mai, alors que le monde entier s’est offusqué de la validation de ce texte de loi insensé, une actrice a partagé son histoire. Milla Jovovich a en effet publié sur son compte Instagram une photo d’elle, accompagnée d’un témoignage poignant. Dans sa publication, likée plus de 172.000 fois, l’actrice de 43 ans révèle : "J’ai vécu un avortement en urgence il y a deux ans. J’étais enceinte de 4 mois et demi, je tournais en Europe de l’Est". "On m’a dit que je devais rester éveillée durant toute la procédure. C’était l’une des expériences les plus horribles de ma vie. J’en fais encore des cauchemars. J’étais seule et sans espoir", commence celle qui est maman de deux petites filles (Gabo 11 ans et Dashiel Edan 4 ans, nées de son histoire d’amour avec le réalisateur Paul W. S. Anderson).

Un avortement qui restera gravé dans sa mémoire à jamais

"Quand je pense que des femmes vont devoir avorter dans des conditions encore pires que celles que j’ai connues à cause des nouvelles lois, ça me retourne l’estomac", lâche la star de "Resident evil". Soutenant que l’avortement est "un cauchemar total", Milla Jovovich se prononce fermement "contre" cette loi restrictive. "Aucune femme ne souhaite vivre ça. Mais nous devons nous battre pour nous assurer que nos droits soient préservés, pour obtenir une IVG sans danger si nous en avons besoin", clame-t-elle. La comédienne confie également dans son post qu’elle a dû faire face à "l’une des pires dépressions" de sa vie après son avortement. "Je me suis isolée pendant des mois et je devais garder un visage fort pour mes deux incroyables enfants. J’ai commencé à jardiner, à manger plus sainement et à aller au gymnase tous les jours (…) Dieu merci, j’ai pu trouver un moyen de sortir de cet enfer personnel sans me tourner vers les médicaments, mais le souvenir de ce que j’ai vécu et de ce que j’ai perdu sera avec moi jusqu’au jour de ma mort", ajoute Milla Jovovich avec sincérité. Décidée à faire part, haut et fort, de sa colère face à l’adoption d’une telle loi, elle conclut : "Je ne peux pas rester silencieuse quand tant de choses sont en jeu".

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

I don’t like to get political and I try to only do it if a really have to and this is one of those times. If someone doesn’t want to continue reading, you have been warned. Our rights as women to obtain safe abortions by experienced doctors are again at stake. Last Tuesday, Georgia Governor Brian Kemp signed a draconian bill into law that outlaws all abortions after six weeks — before most women even realize they’re pregnant — including in cases of RAPE OR INCEST. This makes Georgia the sixth state to pass such a restrictive six-week abortion ban, joining Ohio, Mississippi, Kentucky, Iowa, and North Dakota. These laws haven’t been passed yet, but lawmakers in these states are trying. Abortion is hard enough for women on an emotional level without having to go through it in potentially unsafe and unsanitary conditions. I myself went through an emergency abortion 2 years ago. I was 4 1/2 months pregnant and shooting on location in Eastern Europe. I went into pre term labor and told that I had to be awake for the whole procedure. It was one of the most horrific experiences I have ever gone through. I still have nightmares about it. I was alone and helpless. When I think about the fact that women might have to face abortions in even worse conditions than I did because of new laws, my stomach turns. I spiraled into one of the worst depressions of my life and had to work extremely hard to find my way out. I took time off of my career. I isolated myself for months and had to keep a strong face for my two amazing kids. I started gardening, eating healthier and going to the gym everyday because I didn’t want to jump into taking anti depressants unless I had tried every other alternative. Thank God I was able to find my way out of that personal hell without turning to medication, but the memory of what I went through and what I lost will be with me till the day I die. Abortion is a nightmare at its best. No woman wants to go through that. But we have to fight to make sure our rights are preserved to obtain a safe one if we need to. I never wanted to speak about this experience. But I cannot remain silent when so much is at stake. #prochoice #prochoicegeneration

Une publication partagée par Milla Jovovich (@millajovovich) le

14 Mai 2019 à 11 :02 PDT

 

Par Nina Siahpoush-Royoux

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
  • 25 mai La Fouine @lafouine78
    RT @Ophxly_1: Ouii!!!!🥰 cst ça qu’on veux ! @lafouine78 https://t.co/2q3paquEIS
    Détails
  • 25 mai La Fouine @lafouine78
    RT @canardo78190: Pour une Europe hamdulah ça va #voter #nardo https://t.co/3YEQxaoDuZ
    Détails
  • 25 mai sophia aram @SophiaAram
    @ParisPasRose @lapousssousleta Ce soir je joue la dernière de la saison au Haillan, puis reprise mi-septembre près de Lyon.
    Détails