• Non Stop People
    est disponible sur
  • Canalsat46
  • Free86
  • Orange84
Cinéma

Nicolas Bedos dénonce une censure après son texte "anti-mesures"

Nicolas Bedos dénonce une censure après son texte "anti-mesures"
  • A-
  • A+
Partager Google+

Le 24 septembre dernier, Nicolas Bedos postait un long texte sur Instagram. Il appelait à vivre malgré le virus ce qui n'a fait polémique. Dans une chronique publiée par Le Point, le réalisateur revient sur cette tribune.

C'est un texte qui a été énormément commenté. Nicolas Bedos a posté un message sur son compte Instagram le 24 septembre dernier dans lequel il demandait à ce que les gens continuent de "vivre" malgré le virus. "Bon, allez, soyons francs : Arrêtez tout. TOUT. Les masques. Les confinements. Excepté face à vos parents très fragiles (quand ils le souhaitent, ce qui n'était pas le cas de mon père, meurtri à mort d'être privé de notre amour). Vivez à fond, tombez malades, allez aux restaurants, engueulez les flicaillons, contredisez vos patrons et les lâches directives gouvernementales. Nous devons désormais vivre, quitte à mourir (…)".
Ce dernier a vivement fait réagir. De nombreux anonymes et personnalités ont réagi à ce texte. Ils ont été nombreux à pointer du doigt "l'égoïsme" du réalisateur. Face à l'ampleur de la polémique, certains ont pris sa défense, comme Laurent Ruquier.

"Quand la peur tonne, la censure guette" 

Nicolas Bedos avait tenté de se défendre quelques jours après, mais cela n'avait pas suffi. Dans une chronique publiée sur Le Point ce dimanche 18 octobre, le réalisateur revient sur "ce petit texte, lancé comme un pavé dans le marécage du web" qu'il qualifie, tout d'abord de "maladroit et excessif". "C'est le texte d'un type qui vient de passer l'été à enterrer des êtres chers aussi régulièrement qu'Olivier Véran change d'avis. En crachant cette litanie – d'un utopisme presque enfantin –, je n'avais pas pris la mesure de l'insulte qu'elle semblait postillonner aux masques des soignants qui se battent pour nos gueules, aux flics qui s'épuisent à nous protéger de nos ivresses affectives (…)."
Nicolas Bedos conclut ensuite : " Est-il raisonnable que notre ministre de la Santé me gratifie ainsi d'une vigoureuse leçon de morale depuis les bancs de l'Assemblée  ? 'Quand la peur tonne, la censure guette', comme jamais. Or, nous avons besoin de débattre, on a besoin de se contredire. On cherche. On doute et on trébuche à la recherche d'une vérité forcément provisoire."

Par J.F.

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
  • 19 Jan GAD @gadelmaleh
    Nougaro « Dansez sur moi » Sortie de l’album le 29 Janvier. A écouter au chaud en petit couvre feu à feu doux....t… https://t.co/NH3fhQ9FiE
    Détails
  • 19 Jan Non Stop People @NonStopPeople
    Omar Sy dans "Lupin" : Édouard Philippe répond à la réplique peu flatteuse sur le Havre https://t.co/X5YQGNe5hc https://t.co/LKyFWejGnm
    Détails
  • 19 Jan Non Stop People @NonStopPeople
    Êtes-vous rassurés de voir des personnalités se faire vacciner ?
    Détails