• Non Stop People
    est disponible sur
  • Canalsat46
  • Free86
  • Orange84
Cinéma

Ryan Reynolds : "Je peux être pesant pour mes camarades"

Ryan Reynolds : "Je peux être pesant pour mes camarades"
© Maxppp
  • A-
  • A+
Partager Google+

Présent au Festival de Cannes pour présenter le film d’Atom Egoyan « Captives », Ryan Reynolds a accordé une interview au magazine Glamour, dans laquelle il parle de son rôle, et de sa façon de travailler. L’occasion pour l’acteur de montrer qu’il a bien la tête sur les épaules, et qu’il est sévère envers lui-même.

Ryan Reynolds est présent au Festival de Cannes, pour présenter le dernier long métrage d’Atom Egoyan, « Captives ». L’occasion pour lui de parler de son rôle dans le film : « Quand on prépare un tel rôle, on ne va pas rencontrer des parents qui ont perdu leurs enfants. Ce serait un manque de tact. On ne veut pas ramener la tragédie qu’ils ont vécue à quelque chose de trivial. J’ai préféré construire mon personnage à tâtons, en utilisant mes qualités d’observation et ma capacité à l’empathie », a-t-il révélé au magazine Glamour. Le tournage de ce long métrage n’a pas été simple pour l’acteur : « Parfois, je suis trop précis dans ce que je veux faire, et je peux plomber la scène et être pesant pour mes camarades acteurs. Je peux être un peu obsessionnel, vouloir refaire une prise encore et encore. Grâce à mon travail avec Atom Egoyan, j’ai appris à lâcher prise et à écouter. »

"UN AN QUE JE N’AI PAS MIS LES PIEDS À LOS ANGELES"

Ryan Reynolds a également parler de sa façon de travailler, et de sa vision du cinéma : « J’ai toujours alterné les gros films et ceux que je voulais vraiment faire. Ce qui est difficile avec les blockbusters, c’est qu’on n’a aucun contrôle. Pour Green Lantern, je n’avais pas de scénario avant de dire oui. Vous y allez à l’aveugle en espérant que ça ira, et le résultat est plus ou moins concluant, comme on a pu le constater… Les petits films offrent plus d’espace pour s’exprimer. Ce qui m’a plu dans Captives, c’est qu’Atom y aborde des sujets captivants, comme les interactions entre le crime et les nouvelles technologies, ou le deuil incommensurable. J’adore quand les films paraissent impossibles. Dans The Voices, que j’ai tourné avec Marjane Satrapi et qui sortira cet automne, ça paraissait dingue de créer un serial killer pour lequel les gens pourraient éprouver de l’empathie. Au départ je crois qu’elle pensait à un autre acteur que moi, mais je me suis battu pour le rôle. Je suis arrivé hyper-préparé au rendez-vous et je lui ai vendu ma vision du personnage, que j’imaginais plus humain que dans le scénario, quelqu’un qu’on pourrait comprendre. Je pense que le résultat est intéressant. Je ne sais pas où je me situe dans le système hollywoodien… moi je suis dans le work système. Ce que j’aime, c’est travailler. D’ailleurs, ça fait presque un an que je n’ai pas mis les pieds à Los Angeles… Ils m’ont peut-être oublié ! Ce ne serait pas si grave, il y a des choses pires dans la vie. »

Par Simon Bardet

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
  • 11 déc Non Stop People @NonStopPeople
    Sur Instagram, Anthony Delon a partagé la douleur de Laura Smet et David Hallyday après l'hommage populaire à… https://t.co/nNy0rw3z7a
    Détails
  • 11 déc Non Stop People @NonStopPeople
    Johnny Hallyday enterré à Saint-Barth, sa veillée funèbre a eu lieu https://t.co/Krcbs0Q7C5 https://t.co/aZCqBupd5b
    Détails
  • 11 déc Kev Adams @kevadamsss
    RT @KevAdamsCrew: Replay de l’émission Mardi cinéma avec @kevadamsss ➡️ https://t.co/2Fnxl8SU82 #ToutLàHaut https://t.co/6l1t82BnqX
    Détails