• Non Stop People
    est disponible sur
  • Canalsat46
  • Free86
  • Orange84
Mode

Inès de la Fressange obligée de détruire sa maison : Ses avocats contestent la décision

Inès de la Fressange obligée de détruire sa maison : Ses avocats contestent la décision
  • A-
  • A+
Partager Google+

Fin juillet, Inès de la Fressange apprenait que le tribunal de Tarascon l’obligeait à démolir une extension illégale de sa maison. Ce lundi, les avocats de l’ancien mannequin ont décidé de contester devant la Cour d’appel cette démolition forcée. Plus de détails sur Non Stop People.

Inès de la Fressange ne compte pas se laisser faire. L’ancien mannequin, propriétaire d’un très luxueux mas provençal près de Tarascon, avait voulu agrandir sa demeure de près de 100 mètres carré. Une maison avec cinq grandes baies bordant la piscine a été construite sans permis alors que la demeure se situe au cœur de la Montagnette, un espace naturel protégé des Alpilles. Résultat, Inès de la Fressange s’est attirée les foudres de l’Ader, une association locale de défense de l’environnement rural, qui n’a pas hésité à saisir le tribunal de Tarascon.

Inès de la Fressange conteste la décision

La Provence avait alors révélé qu’Inès de la Fressange avait reçu l’obligation de stopper tous les travaux et de détruire cette extension, sous peine de devoir payer une lourde amende de 300 euros par jour. Mais le fantasme de Marc Emmanuel a décidé de ne pas se laisser faire. Ce lundi 10 août, ses avocats ont en effet contesté cette démolition forcée devant la Cour d’appel. Ceux-ci ont considéré que les travaux réalisés, s’ils étaient d’après le juge des référés en violation du Plan d’occupation des sols et des règles d’urbanisme, étaient bien régularisables.

Les avocats ont également estimé que les conclusions du tribunal de Tarascon étaient "manifestement excessives" alors que la question n’a pas été examinée sur le fond, tout en relevant au passage un vice de procédure lors de l’audience devant le juge le 23 juillet dernier. L’un des avocats, Me Polubuscko a d’ailleurs indiqué que la démolition, estimée à 150 000 euros, nécessiterait un permis de démolir avec un avis de l’architecte des bâtiments de France, chose "inenvisageable" dans le délai imparti par la justice. Ce à quoi les avocats de l’Ader ont répondu qu’ "en l’absence de permis de construire, il n’y a pas de permis de démolir à obtenir s’agissant de quelque chose qui n’existe pas". Le tribunal doit rendre sa décision le 17 août prochain. 

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
  • 12 déc Non Stop People @NonStopPeople
    Il y a un an Pierre Ménès subissait une double greffe du foie et du rein. Ce mardi 12 décembre, il a fêté cet anniv… https://t.co/RQdoBWjvDj
    Détails
  • 12 déc Justin Bieber @justinbieber
    https://t.co/lLVbmPe79l
    Détails
  • 12 déc Non Stop People @NonStopPeople
    Jérôme Commandeur jouera dans le biopic de Valérie Lemercier sur Céline Dion. Il jouera le rôle de René Angélil.… https://t.co/RrDBpj6Qo9
    Détails