• Non Stop People
    est disponible sur
  • Canalsat46
  • Free86
  • Orange84
Morandini Live

Albert Uderzo mort : pourquoi il était mal-aimé dans la BD (vidéo)

Albert Uderzo mort : pourquoi il était mal-aimé dans la BD (vidéo)
  • A-
  • A+
Partager Google+

Albert Uderzo est décédé ce mardi 24 mars. Dessinateur de la célèbre BD "Astérix", l’artiste était pourtant mal-aimé par la profession. Explications dans "Morandini Live".

Albert Uderzo s’est éteint chez lui, à Neuilly, à l’âge de 92 ans. Le dessinateur est mort d’une crise cardiaque comme l’indique sa famille à l’AFP. Il laisse derrière lui un patrimoine immense, lui qui se partageait avec René Goscinny la paternité d’"Astérix". Les deux hommes ont imaginé les aventures de l’intrépide Gaulois dans les années 50 et depuis le succès a toujours été au rendez-vous.

Invité à réagir dans "Morandini Live" suite à cette triste nouvelle, Olivier Benkemoun, le spécialiste culture de Cnews, rappelle que le dessinateur n’avait pas forcément la reconnaissance de ses pairs. "Il était un peu mal aimé par ce milieu de la bande dessinée. D’abord parce qu’il était richissime, il n’y en a pas tant que ça des dessinateurs qui étaient richissimes, il était collectionneur de Ferrari. Ça, c’est pour la partie privée", explique le journaliste dans un premier temps. "Il était discret, il n’approchait pas beaucoup le monde de la BD qui du coup s’en méfiait. Il n’a jamais eu un grand prix à Angoulême. Ce qui est totalement injuste car Astérix, c’est plus de 350 millions d’albums vendus. Ça le mettait d’ailleurs en pétard total quand on ne parlait que de Tintin (…) alors qu’Astérix, c’est bien français et c’est l’un des plus beaux succès de la BD à travers le monde", ajoute ensuite Olivier Benkemoun.

Le dessinateur était richissime

Un article du "Nouvel Obs" publié ce mardi relate ainsi combien Albert Uderzo était "richissime et mal-aimé". "Le coinventeur d’"Astérix" a toujours été snobé par le monde de la BD alors qu’il comptait parmi ses virtuoses", écrit ainsi le journaliste Arnaud Gonzague. Il cite ainsi "une vacherie prononcée par le dessinateur Philippe Druillet en 1994 dans Le Point" : "Aujourd’hui pour lui, il n’y a plus que le fric, le fric, Uderzo n’a pas d’amis, c’est Citizen Kane sans le talent d’Orson Welles." L’article raconte ainsi que le dessinateur (comme le scénariste) d’"Astérix" vivaient mal ces attaques qu’ils considéraient comme de la jalousie. Attaques qui avaient vu le jour à partir du milieu des années 60 quand les ventes de la célèbre BD ont commencé à décoller. A noter qu' "Astérix" demeure la bande dessinée la plus traduite au monde, publiée dans 111 langues et dialectes. Albert Uderzo mort, espérons que la profession lui rende l’hommage auquel il a droit.

Par Ambre L

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
  • 02 avr Non Stop People @NonStopPeople
    Cyril Hanouna : cet ancien de la Star Academy qu'il aimerait recruter dans TPMP https://t.co/cLbhEELpmf https://t.co/0kBIh1YAeK
    Détails
  • 02 avr Non Stop People @NonStopPeople
    Coronavirus : l'hommage de Pierre Perret au personnel soignant https://t.co/I2HlKTj1DF https://t.co/UwTqVhz16k
    Détails
  • 02 avr Paris Hilton @ParisHilton
    RT @HairPeacePro: The OG of social media! @ParisHilton looking beyond Gorgeous in her newest @VanityFair shoot! #wigstension #parishilton #…
    Détails