• Non Stop People
    est disponible sur
  • Canalsat46
  • Free86
  • Orange84
Musique

Amine : "Casablanca est une sorte de Da Vinci Code" (EXCLU)

Amine : "Casablanca est une sorte de Da Vinci Code" (EXCLU)
Hinde / Non Stop People
  • A-
  • A+
Partager Google+

Non Stop People a rencontré le chanteur Amine (Sobri, J'Voulais), à l'occasion de l'arrivée très prochaine de son tout nouvel album "Casablanca". Le chanteur de "rain'b" est revenu sur son succès au début des années 2000 mais également sur ce retour très prochain. Il a d'ailleurs dévoilé un premier extrait de cet opus, Señorita. Une chanson adressée à une rencontre qui semble l'avoir troublé. Interview.

NSP : C’est sûrement une question que tu vas entendre souvent, mais où étais-tu durant toutes ces années ?

Amine : J’étais exilé dans une grotte, dans les montagnes… (Rires) Il s’est passé pas mal de choses pendant tout ce temps où j’avais "disparu" jusqu’à maintenant. La première chose c’est que j’ai eu un petit garçon à ce moment-là. Forcément à ce moment tu te poses une question : soit, rester avec son enfant, soit tu t’occupes de ta carrière. C’était mon premier donc pour moi c’était difficile de me dire que je devais aller loin. Je me suis dit pourquoi pas être là pour ses premières années, qui sont les plus importantes selon moi. Je suis resté près de lui jusqu’à ses cinq ans, au Maroc, parce qu’il vit là-bas. Toutes ces expériences-là, être père, ma séparation, cela m’a permis d’avoir d’autres inspirations et surtout avoir d’autres choses à écrire. On a commencé à travailler à ce moment-là.  

NSP : C’était complètement inenvisageable pour toi de concilier carrière et famille ?

Amine : Ce n’est pas que c’était inenvisageable mais comme c’était pour moi ma première expérience, j’ai préféré la vivre à fond. Je pense que tu es confronté à des choix. A un moment donné tu as le choix personnel, qui t’incite à voir ce que tu désires mais individuellement. Et tu as le côté humain. Tu tranches assez vite quand tu essayes de rester logique.

NSP : Finalement tu as pu prendre du recul sur ce que tu as pu faire, et ce que tu veux aujourd’hui…

Amine : Ca m’a permis de prendre pas mal de recul. Avec le premier album, tout est allé très vite. C’est arrivé, ça a tout de suite pris. Finalement, on n’est jamais préparé à ça. Ça a été une véritable expérience, et par la suite cela te permet de faire un bilan.

NSP : Aujourd’hui qu’est-ce que tu aimerais faire dans la musique ? Est-ce que tu as de nouvelles influences ?

Amine : Mes influences n’ont pas tant changé que cela. A part évolué avec la musique actuelle, parce que ça avance. Moi je suis toujours fan de Michael Jackson. C’est plus dans ce que j’ai à dire ou ce que j’aurais à dire par la suite. Dans la musique on dit tous à peu près la même chose, dans le même but mais sauf qu’on l’interprète chacun à sa façon. Quand on discute avec une personne, c’est assez simple de faire passer son message. Mais quand tu le fais à travers une chanson, il y a tout un mécanisme.

NSP : Chacun a son interprétation des morceaux. Certaines personnes pourront penser que tu parles de tes expériences privées. Est-ce le cas ?

Amine : Oui bien sûr. Je raconte mes expériences privées mais jamais de manière très directe mais c’est dit en tout cas. Dans chaque chanson, il y a une part de ce que je vis ou de ce que j’ai vécu. J’essaye de faire passer un message. Ce qui nous permet de nous comprendre c’est qu’on traverse tous des expériences à peu près similaires. Je pense que le fait de l’expliquer en chanson est une belle manière de communiquer. Il m’a fallu vivre des choses pour pouvoir les raconter.

"Leslie fait partie de ma famille musicale"

NSP : Ne craignais-tu pas de ne plus avoir ta place dans l’industrie de la musique, après tant d’années d’absence ?

Amine : C’est vrai que cette question revient à plusieurs reprises. En fait, ma philosophie c’est qu’à un moment donné tu reviens comme t’es arrivé la première fois. Quoi que tu fasses, c’est toujours une éternelle remise en question. Tu as beau avoir fait un album qui a tout explosé, tu peux ne pas être dedans pour le prochain. Tout dépend de ce que tu as à dire, la qualité de ce que tu fais et le temps que tu y passes pour que les choses soient bien. Je me suis mis dans la peau de celui qui est arrivé la première fois avec ce petit truc authentique. Je pense que la base c’est ça, le succès on n’est jamais maître de cela. Les feux de la rampe c’est pour tout le monde, il n’y a pas de place prédéfinie. Comme on dit chacun son tour…

NSP : Le succès tu l’as déjà connu avec toute l’époque Rain’b Fever…

Amine : Oui mais pour moi le succès n’est pas une fin en soi. La chose la plus importante dans ce job c’est de le faire tout le temps. Le plus dur c’est de continuer à faire ce métier et perdurer. Le succès peut arriver d’un moment à l’autre et surtout quand tu t’y attends le moins. Je ne m’y attends pas forcément, mais j’ai bossé dans le même esprit que le premier album.

NSP : Pour revenir sur Rain’b Fever, c’est le moment où le public a découvert ton univers. Que gardes-tu de cette période ?

Amine : Ce que je garde le plus, c’est le contact avec le public. Les concerts, les scènes, quand les gens t’attendent je pense que c’est le truc le plus cool. En général, c’est la même chose pour tous les artistes. Quand on est en studio, on est dans un état d’esprit de création, on passe des nuits blanches, on ne mange pas, on ne voit pas le jour, c’est assez dur. Le meilleur moment, c’est celui qu’on passe devant les gens et c’est celui qui m’a le plus manqué.

NSP : Tu es toujours en contact avec Leslie ?

Amine : Bien sûr ! Tout le temps, vraiment. Elle fait partie de ma famille musicale. On est très proche, je bosse avec Kore, qui est son mari. On est tout le temps amené à se côtoyer.

NSP : Même si tu as arrêté la musique pendant un certain nombre d’années, tu continuais à suivre ce qui se faisait ?

Amine : Oui, complètement. Pendant ma période où je prenais un peu de recul, je ne travaillais pas trop. Parce que j’avais envie de m’alléger l’esprit. Mais la musique c’est ce que j’aime. A ce niveau-là je n’ai jamais été en retard. J’ai mon frère avec qui j’ai bossé l’album, qui me suit avec qui je parle tout le temps de musique.

NSP : Qu’est-ce que tu écoutes en ce moment ?

Amine : En ce moment c’est très bizarre, j’écoute beaucoup de hip-hop US. Ce qui est très paradoxal par rapport à ce que je fais. J’écoute Jhene Aiko que j’aime beaucoup, Drake aussi. Ce qui se fait actuellement. Après j’ai toujours mon album de Michael Jackson. J’écoute vraiment tout.

"Je raconte ce qui s'est passé depuis ces cinq ans"

NSP : As-tu une date de sortie de Casablanca, ton nouvel album ?

Amine : Non pour le moment je n’ai pas encore de date de sortie. Mais ça ne devrait pas tarder.

NSP : Comment as-tu travaillé cet album ?

Amine : Ça s’est fait au feeling. Je ne me suis pas dit qu’il fallait absolument que je commence à travailler. C’est arrivé tout seul, quand j’ai senti que c’était le bon moment. Je me suis mis d’abord à travailler avec mon frère, vu qu’il est producteur de son ça a été assez simple. Dans « Casablanca » il y aura une douzaine de titres, mais il faut savoir que j’ai bossé sur une trentaine ou une quarantaine de morceaux avant de pouvoir trouver la bonne direction. Ça s’est fait naturellement, il n’y a pas eu de calcul.

NSP : Qu’est-ce qu’on va retrouver sur cet album ?

Amine : En vrai, je raconte ce qui s’est passé depuis ces cinq ans. Vraiment pas mal de choses, certaines choses sont explicites, d’autres un peu plus cachées. C’est comme un petit message que je lance à des personnes bien précises. C’est une sorte de "Da Vinci Code".

NSP : C’est un peu un règlement de comptes ?

Amine : Pas du tout, c’est plus de la réflexion et puis tu fais le bilan de ce que tu as vécu et finalement de la leçon que tu en tires. Parfois ça se passe bien, ou mal, parfois t’es heureux ou non… Tu passes par plein d’états d’esprit. Ce qui a été dur c’est de trouver comment le dire. Et pour être vraiment précis, par exemple Señorita, je l’ai fait pour une femme. Ce que peu de gens savent, c’est une femme en particulier que j’ai rencontré une fois, dont j’ai eu le prénom et que je n’ai plus jamais revue. J’avais envie de raconter ce truc. J’ai fait cette chanson en me disant peut-être qu’elle se reconnaitra.

NSP : As-tu vécu cet album comme une thérapie ?

Amine : Non parce que je ne me sentais pas mal en l’enregistrant. Par contre je pense que le premier message d’un artiste c’est le partage. Donc forcément t’essayes de partager des choses vraies, plus que des fictions. Quand tu ne vis pas ton histoire, cela se ressent. J’ai opté pour quelque chose de plus authentique dans la manière de dire ou de faire.

NSP : Le public ne s’attendait pas du tout à te retrouver !

Amine : Les gens ne s’attendaient pas à mon retour. Je ne l’avais pas annoncé en même temps. Je préfère que la musique fasse son travail. On essaye d’amener une bonne énergie, j’essaye de fuir tout ce qui est négatif.

NSP : Comment étaient les premiers retours du morceau Señorita ?

Amine : On m’a dit "Génial tu reviens !" ou encore "Pourquoi tu nous l’as pas dit !". On me dit souvent que je n’ai pas changé, je n’ai pas vieilli. Je fais du sport régulièrement, depuis toujours. C’est vraiment que c’est une remarque que j’ai souvent. J’ai l’impression d’avoir 50 ans alors que pas du tout. Mais j’ai commencé tôt, mais je n’ai pas changé c’est vrai.

NSP : On retrouvera des featuring sur ton album ?

Amine : Oui, j’ai d’ailleurs fini d’enregistrer un duo il y a quelques jours, avec Canardo. C’est un très bon ami, un frère. Il m’a énormément apporté pour ce nouvel album, il m’a donné beaucoup de conseils. Il a toujours suivi ce que j’ai fait. J’aime beaucoup échanger avec les artistes dont je suis proche pour avancer, je trouve que c’est très important. Pour le coup, le titre avec Canardo est très autobiographique et ça ne concerne pas une femme.

NSP : Qu’est-ce qu’on peut te souhaiter pour la suite ?

Amine : Pour la suite, la santé ce serait bien ! J’aimerais qu’on me souhaite beaucoup d’inspiration, faire des bonnes chansons et bonne chance. J’ai hâte de retrouver le public. Casablanca arrive bientôt, soyez prêts !

Par H M

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
  • 17 déc KATY PERRY @katyperry
    ready for mars @elonmusk https://t.co/g8VZC0fDGi
    Détails
  • 17 déc Paris Hilton @ParisHilton
    RT @ParisHilton: Refresh your skin with elegant scents & benefits of Rose Water. 🌹#ParisHiltonUnicornMist is my ultimate beauty secret for…
    Détails
  • 17 déc Paris Hilton @ParisHilton
    RT @ParisHilton: I feel so grateful and privileged to be receiving this prestigious award tomorrow evening. It's an honor to accept the "Bu…
    Détails