Musique

Attentats de Paris - Eagles of Death Metal : Le leader du groupe "va à l'église quatre à cinq fois par semaine"

   / 8  
Eagles of Death Metal : Jesse Hughes, guitariste et chanteur du groupe, lors du Festival Rock en Seine en août 2012
1
Eagles of Death Metal : Jesse Hughes, guitariste et chanteur du groupe, lors du Festival Rock en Seine en août 2012
Eagles of Death Metal : Jesse Hughes à un showcase organisé en 2013
2
Eagles of Death Metal : Jesse Hughes à un showcase organisé en 2013
Eagles of Death Metal, le groupe a répondu présent pour le Festival Rock en Seine en août 2012
3
Eagles of Death Metal, le groupe a répondu présent pour le Festival Rock en Seine en août 2012
Eagles of Death Metal : Jesse Hughes et Josh Homme, deux membres du groupe
4
Eagles of Death Metal : Jesse Hughes et Josh Homme, deux membres du groupe
Eagles of Death Metal : Jesse Hughes sur scène lors des Eurockéennes de Belfort en juillet dernier
5
Eagles of Death Metal : Jesse Hughes sur scène lors des Eurockéennes de Belfort en juillet dernier
Eagles of Death Metal : Jesse Hughes devant son public du Festival de rock Azkena dans le nord de l'Espagne le 20 juin dernier
6
Eagles of Death Metal : Jesse Hughes devant son public du Festival de rock Azkena dans le nord de l'Espagne le 20 juin dernier
Eagles of Death Metal : Jesse Hughes, jamais sans sa guitare !
7
Eagles of Death Metal : Jesse Hughes, jamais sans sa guitare !
Eagles of Death Metal : Jesse Hughes, guitariste et chanteur du groupe, lors du Festival Rock en Seine en août 2012
8
Eagles of Death Metal : Jesse Hughes, guitariste et chanteur du groupe, lors du Festival Rock en Seine en août 2012
  • A-
  • A+

Plus de trois mois après les terribles attentats survenus à Paris le 13 novembre dernier, les Eagles of Death Metal ont fait leur retour au Bataclan. Dans les colonnes du Parisien, Jesse Hughes, le leader du groupe de rock, s’est livré à cœur ouvert. Non Stop People vous en dit plus.

Le 13 novembre dernier, le Bataclan était la cible d’une attaque terroriste meurtrière. A l’intérieur de la salle, les Eagles of Death Metal jouaient leur concert. Depuis, Jesse Hughes, le leader du groupe, s’était confié à l’AFP. "Je porte toujours un flingue sur moi maintenant aux Etats-Unis (...) Je ne suis pas un cow-boy, mais je veux être prêt", avait-il alors déclaré. Lors d’un récent entretien accordé au Parisien en marge d’un nouveau concert parisien qui s’est déroulé hier, mardi 16 février, Jesse Hughes est revenu sur sa déclaration : "Je ne suis pas pour les armes. Je suis pour le droit de tous porter une arme pour se défendre. Les armes aident à se défendre, non ? Il y a eu des massacres aux Etats-Unis, malheureusement, mais il y en a eu aussi à Paris (il reste silencieux). Le port d’armes est illégal chez vous et cela n’a malheureusement pas permis d’empêcher les attentats, n’est-ce pas ?". De là, il a ajouté : "Mais bon, je ne suis pas politicien, je n’ai rien à foutre de Donald Trump (qui a affirmé qu’il aurait tiré s’il avait été au Bataclan, ndlr). Moi, ma seule arme, c’est ma guitare. Et ma guitare tue tous les trous du cul".

"Créer cette chanson, c’est fabriquer une prison pour enfermer les méchants dedans"

A quelques heures du concert, Jesse Hughes -qui livrait un témoignage déchirant sur le soir du drame devant les caméras du Grand Journal- a confié que les membres du groupe étaient toujours suivis par un psy, "car nous voulons tous aller mieux". "Mais je vais aussi voir mon prêtre quatre à cinq fois par semaine. Pour un rockeur, aller à l’église quatre à cinq fois par semaine, ce n’est pas rien", a-t-il ajouté. Dans la foulée, le leader des Eagles of Death Metal - qui réalisaient un record incroyable- a confié avoir repris le cours de sa vie : "Nous avons essayé de vivre comme avant. Si j’étais resté enfermé chez moi, j’aurais fait ce que les méchants veulent : que je reste prisonnier de mon esprit, de mon cœur, de mes propres murs, que je tombe. Alors je suis sorti, sorti". Puis, il a révélé qu’une chanson sur les attentats était en préparation : "J’ai commencé à l’écrire, pour mettre toute cette merde dedans. Créer cette chanson, c’est fabriquer une prison pour enfermer les méchants dedans".

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
  • 06 déc Gad Elmaleh @gadelmaleh

    RT @kevadamsss: Demain, sortie du DVD de #ToutEstPossible !! #DispoPartout Encore merci pour l'accueil en tournée 🙌🙌🙌 @gadelmaleh @toutestp…

    Détails
  • 06 déc xoxo, Joanne @ladygaga

    RT @AppleMusic: Building a kinder world with @ladygaga, @BTWFoundation + @TODAYshow 💕 #ShareKindness https://t.co/5X2c1sZRTB

    Détails
  • 06 déc Non Stop People @NonStopPeople

    EXCLU - L'agent de Michel #Polnareff donne de ses nouvelles ! https://t.co/b57f5oYdo7 https://t.co/OzJIGGp5wl

    Détails