• Non Stop People
    est disponible sur
  • Canalsat46
  • Free86
  • Orange84
Musique

Emma Daumas évoque la Star Academy : "J’en garde de merveilleux souvenirs" (exclu vidéo)

Emma Daumas évoque la Star Academy : "J’en garde de merveilleux souvenirs" (exclu vidéo)
  • A-
  • A+
Partager Google+

Après avoir évoqué la sortie de son nouvel album baptisé "Vivante", Emma Daumas a répondu aux questions de Non Stop People sur son passage dans l'émission Star Academy. L'occasion pour l'interprète du titre "Les promesses en l'air" de démentir certains propos qui lui ont été prêtés par la presse auparavant.

NSP : Votre roman "Supernova" semble un peu inspiré de votre vie, de votre parcours. Est-ce qu’il s’agit là d’une autobiographie déguisée ?

Emma Daumas : Alors non. J’ai l’impression qu’effectivement les médias adoreraient, les gens adoreraient que ce soit une autobiographie. Les lecteurs me posent beaucoup la question : "Qu’est-ce qui est vrai ? Qu’est-ce qui est faux ?". Pour moi ce n’est clairement pas ce qui est le plus intéressant en fait dans la démarche d’écrire un livre à partir de mon expérience. Clairement, si j’ai pu écrire ce livre c’est parce que j’ai vécu l’expérience que j’ai vécue. Je suis allée puiser dans mon bagage émotionnel pour que mon personnage soit réaliste et qu’on rentre en empathie avec elle, qu’on soit au plus proche d’elle. Et du coup forcément je suis allée puiser dans mes propres émotions pour la faire vivre et exister. Et puis au-delà des faits, puisque les faits sont fictifs et que les personnages sont fictifs, j’aime la fable pour ce qu’elle est c’est-à-dire un conte qui parle finalement de tout le monde, qui parle de mécanisme humain, qui touche les gens. Et moi c’est ce qui m’intéressait, d’aller chercher dans mon expérience ce qui peut toucher tout le monde, ce qui peut parler de tout le monde avec alors à la fin un message, une morale. Je n’aime pas trop le mot morale...plutôt un message. Et je crois que tout simplement ce qui est de plus proche entre Annabelle et moi c’est le fait que ce qu’elle va vivre tout au long du livre c’est le cheminement d’une jeune fille qui devient une femme. En ça, bien-sûr qu’on est très similaires.

NSP : Presque 15 ans après la Star Acamedy, quel souvenir en gardez-vous ?

Emma Daumas : Encore une fois de merveilleux souvenirs, de très belles rencontres. C’est les montagnes russes émotionnelles et des souvenirs contrastés, des choses plus ambigües, plus difficiles à gérer, plus complexes. Ça a été un grand bouleversement cette expérience donc ça reste quelque chose de très complexe à vivre quand on est très jeune.

NSP : Seriez-vous prête à retenter l’expérience ?

Emma Daumas : Du télé-crochet ? Je l’ai déjà fait une fois, il n’y a aucun intérêt que je le refasse une deuxième fois.

NSP : Et en tant que juré ?

Emma Daumas : Non, ça ne m’intéresse pas du tout de devenir juré.

NSP : Même pas dans The Voice ?

Emma Daumas : Non, non. Je crois que mon chemin est vraiment ailleurs aujourd’hui.

NSP : Ne pensez-vous pas pouvoir apporter quelque chose ?

Emma Daumas : Je ne pense pas que je puisse juger les autres. Je ne pense pas que je sois une bonne juge.

NSP : Avez-vous gardé contact avec d’anciens candidats de la Star Academy ?

Emma Daumas : On garde contact évidemment avec les gens avec qui on a vécu cette expérience-là, bien-sûr.

NSP : Avec qui avez-vous gardé contact ?

Emma Daumas : Avec tout le monde.

"La télé-réalité en elle-même ne m’a jamais intéressée"

NSP : Vous avez déclaré dans la presse avoir été détruite par cette expérience...

Emma Daumas : Non, non, je n’ai jamais déclaré ça dans la presse. C’est la presse qui a eu une hallucination. Non, je n’ai jamais été détruite par cette expérience. Je crois que comme je l’ai dit c’était une expérience très contrastée, très complexe et que par certains côtés elle a été hyper violente et il a fallu forcément apprendre à gérer la surmédiatisation, la grande notoriété et puis d’être du jour au lendemain coupée de son environnement, de ses racines, de ses parents. Quand on est jeune c’est complexe. Mais c’était aussi pour vivre un rêve de jeune fille et un rêve d’enfant. Et donc c’était aussi extrêmement beau, extrêmement positif. Je pense que tout le monde vit des choses plus difficiles que d’autres dans la vie et ce n’est pas parce que c’est difficile qu’il ne faut pas les vivre. Moi au contraire je trouve que ça m’a énormément construite cette expérience, beaucoup plus que détruite. Je suis ravie que vous m’ayez posé la question pour rétablir les choses : je n’ai jamais trouvé, pensé que la Star Ac’ m’avait détruite.

NSP : A l’époque, auriez-vous pu participer à d’autres télé-crochets plus dans la télé-réalité comme Loft Story par exemple ?

Emma Daumas : Non pas du tout. La télé-réalité en elle-même ne m’a jamais intéressée.

NSP : Mais vous en parlez dans "Supernova"...

Emma Daumas : Dans "Supernova" effectivement j’ai extrapolé tous les mécanismes. "Supernova", ça parle d’une jeune fille d’aujourd’hui -donc qui naît quasiment avec la télé-réalité puisqu’elle a 16 ans, la télé-réalité a 15 ans- qui en connaît par cœur tous les codes, qui les a vraiment intégrés. Et on est sur une vraie émission de télé-crochet/télé-réalité qui pousse tous les mécanismes à leur paroxysme. En tant qu’auteur, c’était ça qui était intéressant, c’est-à-dire qu’il fallait aller le plus loin possible : qu’elle soit le plus jeune possible, qu’on lui fasse vivre les choses les plus dures et les plus incroyables possibles. Et surtout ce qui était intéressant c’est qu’elle elle renonce finalement et qu’elle se laisse complètement aller à la production. Son ambition est telle qu’elle rentre finalement dans le jeu et qu’elle en est complètement transformée. C’était ça qui était le plus intéressant pour moi parce que ce dont ça parle ce livre c’est de ce fantasme de la réalité et jusqu’où on est capable d’aller et à quoi on est capable de renoncer pour devenir célèbre. Donc bien-sûr dans le roman tout est extrapolé et tout tend vers ça.

NSP : On peut faire le parallèle entre Annabelle justement et Loana ou Nabilla issues de la télé-réalité aussi...

Emma Daumas : Oui, c’est des parcours qui ont pu m’inspirer pendant l’écriture du bouquin. Mais on peut même aller plus loin : toutes les pop stars américaine aujourd’hui, mondiale, toutes les grandes icones, toutes les grandes stars d’aujourd’hui vivent sur les mêmes modes et se servent des mêmes choses et des mêmes postures médiatiques. Et c’est pour ça qu’on voit régulièrement des grandes pop stars qui pètent les plombs, qui deviennent complètement tarées parce que du jour au lendemain, à un moment donné ça devient trop. Il y a un décalage trop fort qui se crée entre ce qu’on est profondément en tant qu’être humain et l’image idéale qu’on donne pour faire rêver les gens. Le décalage est trop fort et forcément ça crée des tensions et des névroses terribles.

NSP : Que pensez-vous concrètement des parcours de Nabilla et Loana ?

Emma Daumas : Exactement ce que je suis en train de vous en dire. Quand on s’identifie trop à son personnage à un moment donné et que la célébrité, le désir de célébrité, de plaire à tout le monde avant de se plaire à soi-même et avant d’être en phase avec soi et avec ses valeurs c’est très destructeur.

Par L M

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
  • 17 déc Kim Kardashian West @KimKardashian
    RT @NeveKardashian: All new #KUWTK tonight at 9/8c only on E! @khloekardashian @kourtneykardash @KimKardashian @KrisJenner https://t.co/CEN…
    Détails
  • 17 déc Kim Kardashian West @KimKardashian
    Don’t miss a brand new episode of @kuwtk tonight! https://t.co/DfoSCVXKB2
    Détails
  • 17 déc P!nk @Pink
    RT @POPSUGARMoms: "My heart explodes when he connects to his girls like this." https://t.co/2QCo5IHXWg
    Détails