• Non Stop People
    est disponible sur
  • Canalsat46
  • Free86
  • Orange84
Musique

Indochine : Nicola Sirkis traumatisé par l’attentat au Bataclan, il ne veut plus aller dans cette salle

Indochine : Nicola Sirkis traumatisé par l’attentat au Bataclan, il ne veut plus aller dans cette salle
  • A-
  • A+
Partager Google+

Les Français sont nombreux à avoir été traumatisés par les attentats du 13 novembre dernier. Nikola Sirkis, le leader d’Indochine semble avoir été particulièrement touché et il s’étonne que la salle ait été rouverte. Non Stop People vous dévoile ses confidences.

Le vendredi 8 septembre prochain, Indochine sortira son treizième album du nom de "13". L’artiste n’a pas peur de revenir sur le devant de la scène avec de nouveaux tubes, car il est réclamé par le public. Son premier titre "La vie est belle" marque tous les instants d’une vie, passant des moments de bonheur aux instants tristes. Une nouvelle fois, Nicola Sirkis touche en plein cœur son public. Deux ans plus tôt, Indochine choquait avec "College Boy", une chanson qui parlait du harcèlement scolaire. À l’occasion de la sortie de son nouvel album, Nicola Sirkis, le leader d’Indochine a accepté de répondre aux questions de nos confrères du "Parisien". Le chanteur parle de tout, passant des relations "inexistantes" avec son père à la politique. "Je suis très content de voir un président qui est tombé amoureux de sa prof. Ça me touche", explique-t-il. Nicola Sirkis revient sur l’attentat du 13 novembre qui semble l’avoir traumatisé. Non Stop People vous fait découvrir ses étonnantes confessions.

"J’ai trouvé ça ignoble de rouvrir cette salle"

Les Français ont tous été touchés par les attentats du 13 novembre dernier, qui a coûté la vie de 130 personnes. Nolwenn Leroy est encore émue par son hommage du Bataclan et elle espère ne plus jamais devoir monter sur scène pour cette raison. De son côté, le leader d'Indochine ne souhaite plus retourner dans cette salle de spectacle. "Et même pas assister à un concert. On n’est pas beaucoup à le dire. J’ai trouvé ça ignoble de rouvrir cette salle. On a perdu des gens que l’on connaissait là-bas. Je suis pour en faire un sanctuaire, un monument. Quelques jours après, il y a eu un lobbying des producteurs de spectacles tous réunis en conférence de presse alors qu’ils se détestent tous. Mais là, ils étaient unis pour dire : ‘Il faut que l’État nous aide’. J’ai trouvé ça abject", explique-t-il.

Par Emilie Flores

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
Les plus lus
Top people

The best of vidéo people