• Non Stop People
    est disponible sur
  • Canalsat46
  • Free86
  • Orange84
Musique

TLF se confie sur No Limit : "S’il n’a pas l’exposition qu’il mérite, il n’aura pas le succès qu’il mérite" (EXCLU)

TLF se confie sur No Limit : "S’il n’a pas l’exposition qu’il mérite, il n’aura pas le succès qu’il mérite" (EXCLU)
  • A-
  • A+
Partager Google+

TLF est de retour avec un nouvel album intitulé No Limit. C'est désormais en solo qu'Ikbal alias TLF évolue dans le rap. L'occasion pour Non Stop People de rencontrer le petit frère de Rohff et surtout d'en apprendre plus sur les raisons qui l'ont poussé à faire ce nouvel album. Après avoir dévoilé plusieurs extraits, TLF présente fièrement son dernier opus. Rencontre.

NSP : Tu reviens en solo, pourquoi avoir gardé le nom TLF ?

TLF : Parce que TLF c’est moi, tout simplement. J’ai juste voulu par le passé mettre en avant des artistes que je produisais. C’est un peu comme ce que Goldman faisait. Ça ne l’a pas empêché d’être en groupe ou en solo. Tant que la musique est bonne c’est ce qui parle aux gens.

NSP : Après quelques années de discrétion, tu es de retour. Qu’est-ce que tu as fait tout ce temps ?

TLF : J’ai travaillé sur cet album-là, en même temps sur une compilation, qui devrait voir le jour à la fin de l’été. C’est Talents Fâchés 5. Je suis sur un autre projet aussi, un artiste qu’on est en train de développer. Avec ma petite équipe on bosse ça tranquillement et sûrement. 2016, on sera omniprésent. Ca il faut se le dire.

NSP : Comment définirais-tu ton album ?

TLF : No Limit c’est un album pour tout le monde. Varié comme je suis. C’est un album qui me représente. Il y a des thèmes différents, des sonorités différentes. C’est un album de joie, de bonheur, de larmes aussi. J’y raconte mon histoire. C’est le meilleur album de TLF pour moi. Je pense que c’est un début pour moi et je suis très satisfait de cet album. C’est une suite par rapport à l’album "Renaissance". Avec les tubes featuring Indila et Corneille. Je m’étais arrêté là, c’était une petite parenthèse. La musique c’est ce que j’aime par-dessus tout, c’est là que je me sens le mieux. La créativité, l’artistique. Dans ma tête c’est un chantier. J’essaye toujours de trouver des nouveaux trucs, des sons. C’est pour ça que l’album est avant-gardiste, j’ai pris des risques.

NSP : L’album est très riche, on retrouve 22 morceaux. Tu avais beaucoup de choses à raconter ?

TLF : A vrai dire, j’ai peut-être une quarantaine de morceaux et j’en ai mis 22 en digital, 19 en physique. Mais il m’en reste. Donc dans 2 ou 3 mois je peux ressortir un autre album facilement. Mais cet album mérite d’être bien travaillé. Pour qu’il marche, il faut qu’il soit exposé, médiatisé. Qu’il passe en radio en télé. Il y a pleins de singles. C’est une musique qui fait du bien à entendre. Et s’il n’a pas l’exposition qu’il mérite, il n’aura pas le succès qu’il mérite. Aujourd’hui, ce n’est pas un album comme certains rappeurs qui sortent en vrai des mixtapes. Ce n’est pas du street. Je suis loin de tout ça maintenant.

NSP : Le visuel était très important pour toi

TLF : La vidéo est très importante, j’ai déjà sorti 9 clips. Moi j’aime beaucoup l’image, je suis cinéphile. Mes clips sont très cinématographiques, à part deux ou trois. Je regarde les séries, les films et je suis tombé amoureux d’un réalisateur. Il est super fort, un mec de Montréal. C’était un vrai coup de cœur. Depuis je fais tous mes clips avec cette équipe. Il a compris qui je suis. On n’a pas été limité, on a tourné aux Etats-Unis, en Guadeloupe. Mes compositeurs sont allemands, suisses, à Montréal, à Roubaix et aussi Skalpovitch. C’était No Limit dans tous les sens du terme.

NSP : Les clips sont très travaillés, très scénarisés. C’est quelque chose à quoi tu tenais ?

TLF : Je regarde beaucoup de séries et de films. Surtout les films un peu foufous à la Tarantino. Mais c’est uniquement pour ce projet. Je voulais installer ce concept de No Limit jusqu’au bout. Qu’il y ait du sens, dans l’image ou dans l’écriture. Quand on regarde les clips, il y a une morale. "Mourir ce soir" il y a un peu de violence, pareil dans "Rêve ou cauchemar" mais c’est cinématographique. Je ne viens pas avec mes copains et on sort des kalashs. C’est très scénarisé, un peu comme Kavinsky ou Kanye West. Il y a une morale dans chaque clip, c’est du cinéma. Ça reste de l’art.

"Je suis le frère de Housni avant tout"

NSP : Tu as dévoilé le clip de "Rêve ou cauchemar" en début de semaine et celui de "Grand Frère" quelques temps avant. Paradoxalement, quand ça te touches personnellement, tu n’apparais pas dans le clip…

TLF : C’est pareil que "Ma tête mon cœur", je n’apparais pas dans le clip. "Grand Frère" c’est comme le titre "Maman". Sur scène c’est ceux pour lesquels j’ai le plus de mal à interpréter en public. C’est une lettre à cœur ouvert et je suis quelqu’un de pudique. Avant cet album, je n’ai jamais raconté quoique ce soit sur ma vie. J'essayais plutôt de faire kiffer les gens. Ca résume aussi un peu le "No Limit". Je me suis dévoilé. Pour le clip, le réalisateur il a insisté pour que je sois dedans. J’ai dit non, on me voit un peu de dos. Mes enfants nous représentent, mon frère et moi, petits, et mes deux cousins quand on est plus grands. C'est un peu comme "Petit Frère" d’IAM, on ne voit pas le groupe dedans. Parfois je pense que c’est nécessaire de faire un petit pas en arrière et laisser le réalisateur faire les choses. J’avais besoin de mettre en avant l’histoire. Si je posais des couplets ça aurait enlevé le charme du morceau. C’était mon idée, de ne pas apparaître comme dans "Ma tête mon cœur". Je voyais le truc un peu à la Sia. Avec une histoire de couple pour que les gens quand ils voient le clip capte le message du morceau.

NSP : On va revenir sur quelques morceaux très forts de l’album. D’abord "Grand Frère". C'est un titre très intime. Pourquoi avoir voulu parler de ta relation avec Rohff ?

TLF : Franchement, je l’ai écrit sans calcul et avec le cœur. Peut-être que j’avais besoin d’envoyer un message fraternel à tous les frères et toutes les sœurs. En même temps j’avais besoin de parler de mon parcours et dedans il y a forcément mon frère. J’avais besoin de raconter au public parce que pour moi c’est un nouveau départ. J’avais besoin d’installer le truc. Tout le monde sait que je suis le frère de Rohff mais je suis le frère de Housni avant tout. Il m’a fait découvrir le rap et il fallait que j’en parle. C’est un message d’amour que j’envoie à tous les frères et surtout au mien. J’avais besoin d’en parler.

Tu évoques l’étiquette que tu as pu avoir. En as-tu souffert ? Tu l’as toujours aujourd’hui ?

TLF : Parfois ça te rend service, parfois non. Moi mon frère c’est Housni, ce n’est pas Rohff. J’ai écrit ce morceau, je l’assume complètement. Rohff c’est le nom d’un artiste, même quand j’ai travaillé avec lui j’ai jamais vraiment calculé le fait d’être dans l’ombre ou quoi. C’est comme Charlotte Gainsbourg qui a du se différencier de son père ou même dans le film Creed. Bon, Rohff ce n’est pas mon père, mais quand il y a quelqu’un de connu dans une famille, on fait toujours des comparaisons. C’est difficile c’est clair. Je dois me battre 100 fois plus. Certains pensaient que c’était du piston alors que pas du tout, j’ai bossé. Mon frère venait poser comme tout autre artiste sur mes projets Talents Fâchés. J’ai toujours produit mes albums avec mes associés. J’ai même réalisé les albums de mon frère. J’assume complètement. J’ai jamais eu ce souci, ça n’a jamais été un complexe d’être son frère. Je suis un fonceur, je suis un bosseur. Si ça doit péter, ça pétera. Je suis un bon croyant et je fais ce que j’ai à faire.

"Ma mère n’écoute pas ce que l’on fait"

NSP : Maman, c’est un morceau encore plus intime. Autant on connait ton histoire avec ton frère, mais ta mère c’est quelque chose de différent. Pourquoi ce besoin d’en parler ?

TLF : J’ai voulu être No Limit. Je suis le frère cadet, j’ai deux grands frères. J’ai grandi seul dans ma tête. On n’a pas eu la même histoire dans notre famille. Ma famille c’est mon sang mais chacun grandi de son côté. On a chacun notre relation avec nos parents ou frères. J’ai deux grands frères, j’ai pas la même relation avec les deux. Je voulais me soulager. J’avais envie d’envoyer un message d’amour à ma mère, pareil. Bien qu’il y ait un peu d’orgueil, même si c’est difficile parfois. Lui demander pardon pour tout le mal que j’ai pu lui faire par le passé, pendant ma jeunesse. J’ai fait plein de bêtises comme ramener la police à la maison, la voir pleurer devant moi. J’ai eu l’occasion avec une feuille, un stylo, un micro et une belle instru de lui demander pardon. C’est toujours plus difficile de le dire en face. Comme dire "Je t’aime" à ta mère c’est difficile, j’ai voulu lui dire sur un morceau comme Tupac ou Eminem. Mon histoire est assez particulière, ma vie familiale, mon vécu… Depuis que j’ai fondé ma famille ça va un peu mieux. C’est ce qui fait que j’ai plein de choses à raconter. C’est pour ça que c’est un départ pour moi. Auparavant je ne pouvais pas parce que j’avais peut-être ce manque de confiance en moi qui faisait que je m’entourais des mauvaises personnes. En vérité je n’avais besoin de personne. Je n’avais pas l’occasion de raconter tout ça. Maintenant c’est mon premier album solo et il fallait que j’en fasse un classique. J’ai souvent entendu des morceaux sur les mamans, beaucoup essayent d’en faire un tube mais moi je ne voulais pas. Ça m’a fait du bien.

NSP : Ta mère le savait que tu allais écrire un morceau sur elle ?

TLF : Non, elle ne le savait pas. Mais je lui ai dit. Elle ne l’a pas écouté parce qu’elle n’écoute pas de rap. Elle est loin de ce milieu. Elle n’écoute pas ce qu’on fait, elle est ailleurs. Mais ça reste un beau message. Je raconte un peu son histoire. C’est un morceau en l’honneur de ma mère. C’est un gros bisou à ma mère ce morceau. Il a été difficile a enregistré ce morceau. Je l’ai vraiment écrit avec les tripes.

Retrouvez très prochainement la seconde partie de l’interview de TLF sur non-stop-people.com

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
  • 12 déc Kim Kardashian West @KimKardashian
    RT @marianna_hewitt: Obsessed with @kkwbeauty ultralight beams ✨ @KimKardashian https://t.co/Em3bb4325g
    Détails
  • 12 déc Kim Kardashian West @KimKardashian
    RT @kkwbeauty: Ultralight Beams high shine lip glosses in Iridescent, Yellow Gold, Bronze, Rose Gold and Copper https://t.co/qpaw3y9idH
    Détails
  • 12 déc Miley Ray Cyrus @MileyCyrus
    RT @MileyOfficial: Download Brooke’s performance here https://t.co/59w2VSQN25 and vote here! https://t.co/ykrrUet5Zv #TeamMiley
    Détails