• Non Stop People
    est disponible sur
  • Canalsat46
  • Free86
  • Orange84
Politique

Bernard Tapie jugé pour escroquerie : Insultes et sanglots au tribunal

Bernard Tapie jugé pour escroquerie : Insultes et sanglots au tribunal
(c) maxppp
  • A-
  • A+
Partager Google+

Alors que son procès pour escroquerie et détournement de fonds publics est toujours en cours, Bernard Tapie a laissé exploser sa colère face à l’ancien PDG du Crédit Lyonnais qui le met en cause dans cette affaire. Non Stop People vous en dit plus.

Mercredi 27 mars 2019, le onzième jour du procès dans l’affaire de l’arbitrage controversé de 2008 se tenait à Paris. Dans cette affaire, Bernard Tapie y est accusé d’escroquerie et de détournement de fonds publics. Face à lui, Jean Peyrelevade, ancien PDG du Crédit Lyonnais entre 1993 et 2003. Piqué au vif par son ennemi de longue date, Bernard Tapie est sorti de ses gonds au cours de l’audience : "Je vous ai fait gagner avec Adidas beaucoup plus d’argent que toutes les dettes que j’avais. Ça ne vous a pas empêché de me mettre en photo avec mon nom sur une poubelle dans les rues de Paris", s’exclamait-il en faisant allusion à une campagne publicitaire de 1994. Et de poursuivre : "Est-ce que vous n’avez pas honte ? Vous avez voulu m’humilier. Vous avez voulu me tuer. Vous êtes le premier responsable de ce qui m’arrive" les larmes aux yeux et la voix empreinte de sanglots d'après nos confrères de Le Point. Très remonté, celui qui souffre d’un double cancer à l’âge de 76 ans conclut son intervention par les insultes "Pourriture" et  "salopard" dirigées à l'encontrer de Jean Peyrelevade.

L’homme d’affaires de 76 ans accusé d’escroquerie

L’ancien président de l’Olympique de Marseille accuse Jean Peyrelevade de l’avoir arnaqué lors de la revente de la compagnie Adidas à l’industriel Robert-Louis Dreyfus en 1994. Estimée à 315,5 millions d’euros à l'époque, l’équipementier a pourtant été cédé à 701 millions, soit plus du double du prix initial. Mais de son côté, l’ancien PDG du Crédit Lyonnais soutient que cette vente était favorable à Bernard Tapie alors que la société "n’était pas très loin du dépôt de bilan" selon lui. "Il y a deux visions : l'une rose, merveilleuse et une autre, la mienne, qui est que quand je suis arrivé Adidas fuyait de tous les côtés. Tout le reste, c'est de la décoration, (...) des fake news fabriquées par Bernard Tapie" se défend-il. Pour rappel, il est reproché à l'ancien député, jugé depuis le 11 mars pour "escroquerie" et "détournement de fonds publics" aux côtés de cinq autres prévenus, d'avoir fait pression sur ses soutiens à l'Élysée pour obtenir un arbitrage privé et de s'être assuré de la "partialité" d'un des trois arbitres, ce qu'il conteste.

Par E V

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
  • 23 sep Rihanna @rihanna
    I’m so happy you guys got a glimpse into the design process and the BTD of the making of the show #SAVAGEXFentyShow
    Détails
  • 23 sep Rihanna @rihanna
    “When you keep yourself up at night trying to figure out how to make history, you not gonna make it” #SavageXFentyShow
    Détails
  • 23 sep Rihanna @rihanna
    Jen literally hates seeing her self here lol #savageXfentyshow
    Détails