• Non Stop People
    est disponible sur
  • Canalsat46
  • Free86
  • Orange84
Politique

Bernard Tapie jugé pour escroquerie : retour sur l’affaire Adidas

Bernard Tapie jugé pour escroquerie : retour sur l’affaire Adidas
  • A-
  • A+
Partager Google+

Ce lundi 11 mars, Bernard Tapie comparaît devant le tribunal correctionnel de Paris, aux côtés de cinq autres prévenus. L’homme d’affaires de 76 ans est accusé d’escroquerie et de détournement de fonds publics. Une longue affaire pour laquelle il risque jusqu'à cinq ans de prison ferme. Non Stop People vous en dit plus.

Atteint d’un double cancer de l’estomac et de l’œsophage, Bernard Tapie doit désormais faire face à la justice. Une affaire judiciaire pour laquelle il avait pris une décision radicale. "Parce que je veux avoir toute ma lucidité pendant le procès, j’ai décidé d’arrêter tous les traitements – plus de chimiothérapie, plus d’antidouleurs, rien ! Il faut que je sois au top, j’espère y arriver. J’attends ce moment depuis si longtemps", racontait-il dans une interview accordée au Journal du dimanche, le 3 mars dernier. Dans cette affaire, surnommée l’affaire de l’arbitrage Tapie ou encore l’affaire Adidas,  l’ex-député est accusé d’escroquerie et de détournement de fonds publics. Cinq autres prévenus l'ont rejoint sur le banc des accusés. Face à lui, le CDR, organisme d’Etat chargé des intérêts de l’ancien Crédit lyonnais. Tout avait commencé en 1993.

A l’époque, Bernard Tapie était le président de l’Olympique de Marseille et décidait de revendre la compagnie Adidas à un groupe d’investisseurs. Une marque qu’il avait achetée quelques années plus tôt. Le Crédit Lyonnais est alors chargé de la vente, estimée à 315,5 millions d’euros. La banque fait pourtant partie du groupe d’investisseurs. En 1994, Robert Louis-Dreyfus rachète Adidas pour la somme de 701 millions d’euros, soit plus du double du prix de la vente initiale.  Bernard Tapie comprend alors que le Crédit Lyonnais l’aurait arnaqué lors de la transaction, en sachant pertinemment que la célèbre marque valait beaucoup plus que 315 millions d’euros. L’homme d’affaires se lance alors dans une décennie d’audiences.

Cinq ans de prison requis contre Bernard Tapie

Après une première décision de la Cour de cassation en 2006, l’affaire prend une ampleur politique lorsque la solution d’un tribunal arbitral est proposée. Une suggestion qui n’a aucun intérêt pour l’Etat mais qui est tout de même validée. Pour rappel, l’Etat avait repris les effectifs du Crédit Lyonnais. En 2008, le tribunal arbitral donne raison à Bernard Tapie et lui octroie la généreuse somme de 403,8 millions d’euros. L’opposition réclame alors une commission d’enquête parlementaire. Une enquête judiciaire avait été ouverte. Lors de cette enquête, la justice prend connaissance de l’identité des participants au tribunal arbitral. La majorité étant des proches de Bernard Tapie.  Les juges accusent désormais le septuagénaire d’avoir eu recours au tribunal arbitral en échange d’un soutien à la candidature présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Bernard Tapie aurait même effectué une cinquantaine de déplacements à l’Elysée, entre 2007 et 2012 (soit, lors du mandat de chef d’Etat de Nicolas Sarkozy, ndlr). L’ex-ministre de l’Economie Christine Lagarde avait même été impliquée et mise en examen pour "complicité de faux". Elle avait été reconnue coupable de "négligence" en décembre 2016 mais avait été dispensée de peine. 

Depuis le lundi 11 mars, Bernard Tapie comparaît donc devant le tribunal correctionnel de Paris. Des audiences se déroulant parfois sur fond d'insultes et de larmes. Le lundi 1er avril, à quelques jours de la fin de ce long procès - prévue pour le vendredi 5 avril prochain - les représentants du parquet ont annoncé une nouvelle inquiétante pour l'homme d'affaires de 76 ans. Après quatre heures et demie de réquisitoire, le parquet a requis cinq ans de prison ferme ainsi que la confisaction de l'intégralité des biens de Bernard Tapie, perçu comme l'unique bénéficiaire et même "co-organisateur" de l'arbitrage truqué. L'Etat réclame, de son côté, 525 millions d'euros de dommages et intérêts. 

 

Par Laura C-M

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
  • 20 mai Non Stop People @NonStopPeople
    Cannes 2019 : Alain Delon récompensé, il prononce un discours poignant https://t.co/xvhGD1XrIV https://t.co/GNLOhz1b1S
    Détails
  • 20 mai Justin Bieber @justinbieber
    Loving watching these reaction videos and covers for #idontcare. Thank you https://t.co/efw8OBd0Mo
    Détails
  • 20 mai Kim Kardashian West @KimKardashian
    ✝️ https://t.co/fvJZkEMobU
    Détails