• Non Stop People
    est disponible sur
  • Canalsat46
  • Free86
  • Orange84
Politique

Dieudonné : de nouveau traîné en justice pour sa parodie de Barbara, "Le Rat noir"

Dieudonné : de nouveau traîné en justice pour sa parodie de Barbara, "Le Rat noir"
(c) Maxppp
  • A-
  • A+
Partager Google+

Après avoir été condamné à deux reprises pour « violation du droit moral » en moins d’un an, Dieudonné est sur le point d’être jugé au tribunal pénal dans l'affaire du "Rat noir", une parodie de la chanson "l'Aigle Noir" de Barbara.

"Le Rat noir", la blague de trop ?

Alors que Dieudonné vient à peine d’annoncer son départ en retraite, le polémiste est de nouveau au cœur de la polémique, quelques semaines seulement après sa condamnation à 30 000 euros d'amende pour apologie du terrorisme suite à ses propos publics « Je me sens Charlie Coulibaly », après les attentats de janvier dernier.

Jeudi dernier, le procureur de la République a reçu une plainte contre Dieudonné M'bala M'bala déposée par un cabinet d’avocats bordelais. En cause, une parodie de la chanson "L'Aigle Noir" jugée « diffamante, injurieuse, confuse et vulgaire » par Me Landete, l’avocat qui représente le cabinet. En avril 2014, le frère et légataire universel de Barbara découvre cette parodie sur le site internet de Dieudonné et demande alors l’arrêt de la diffusion de cette vidéo. Le 15 janvier dernier, il obtient 50 000 euros de dommages et intérêts pour "violation du droit moral".

 

 « Provocation à la haine raciale »

Malgré son interdiction en juillet 2014, la vidéo est restée en ligne sur YouTube et Dailymotion pendant plusieurs mois. C’est pourquoi Me Landete a été saisi par la Ligue des Droits de l’Homme de Gironde et d’autres associations dédiées à la mémoire de Barbara pour enregistrer une plainte contre Dieudonné et sa compagne Noémie Montagne, « en leurs qualités d'auteur et interprètes de la vidéo pour provocation à la haine raciale en raison de l’origine juive de Barbara ». Le cabinet avait d'abord alerté la Garde des Sceaux Christiane Taubira avant de saisir le procureur de la République.

L’avocat bordelais cite l'article 24 de la Loi du 29 juillet 1881 : « Ceux qui, par l'un des moyens énoncés à l'article 23, auront provoqué à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'une personne ou d'un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, seront punis d'un an d'emprisonnement et de 45.000 euros d'amende ou de l'une de ces deux peines seulement. »

Par Aurelie C

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
  • 12 déc lafouine @lafouine78
    J'ai deux téléphones : un pour ma go, un pour la tienne 💔 ! https://t.co/zRULoyULpQ
    Détails
  • 12 déc Cyril Hanouna @Cyrilhanouna
    Dernière partie no limit ! 😂😂😂
    Détails
  • 12 déc Paris Hilton @ParisHilton
    Loving my new @Velvet_Magazine cover. ❤ https://t.co/6FgEYwViUN
    Détails