• Non Stop People
    est disponible sur
  • Canalsat46
  • Free86
  • Orange84
Politique

Jacques Chirac mort : que retenir de ses mandats présidentiels ?

Jacques Chirac mort : que retenir de ses mandats présidentiels ?
  • A-
  • A+
Partager Google+

Jacques Chirac s’est éteint ce jeudi 26 septembre. Plusieurs fois ministres, maire de Paris, Premier ministre et surtout président de la République de 1995 à 2007, l’homme d’État a une impressionnante carrière politique. Ses deux mandats à la tête du pays apparaissent fortement contrastés. Retour sur les faits marquants de sa présidence avec Non Stop People.

Jacques Chirac devient président de la République le 7 mai 1995. Il succède à François Mitterrand, remportant 52,6% des voix face à Lionel Jospin. Dès le début de sa présidence, il connaît des remous avec sa réforme des retraites et de la Sécurité sociale. Celle-ci –massivement contestée – est en partie abandonnée. Sur le plan historique, Jacques Chirac reconnaît la responsabilité de l’État français dans la déportation des Juifs sous l’Occupation. Le Corrézien s’attire les foudres d’une partie de l’opinion publique en décidant d’effectuer une ultime campagne d’essais nucléaires avant la signature du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICE). Ces essais ont lieu en Polynésie française en 1996. 

En 1997, il décide de dissoudre l’Assemblée nationale, persuadé que la droite remportera la majorité à l’Assemblée nationale. Peine perdue. Le président est contraint de cohabiter avec Lionel Jospin de 1997 à 2002. C’est à ce jour la plus longue cohabitation du quinquennat puisqu’elle a duré cinq ans. Alors qu’il doit faire face à des affaires judiciaires, Jacques Chirac accepte de réformer la durée du mandat présidentiel de sept à cinq ans. La proposition est ratifiée par un référendum en 2000.

Jacques Chirac largement réélu en 2002

Son deuxième mandat débute par un énorme séisme politique. Jacques Chirac bat Jean-Marie Le Pen, candidat d’extrême droite, au second tour de l’élection présidentielle. Une victoire sans appel, l’ancien maire de Paris récoltant 82,1% des suffrages. Il nomme comme Premier ministre Jean-Pierre Raffarin (2002- 2005). Celui-ci démissionne à la suite du camouflet reçu après la victoire du « non » au référendum de ratification de la Constitution européenne. Dominique de Villepin devient le nouveau locataire de Matignon tandis que Nicolas Sarkozy est nommé ministre de l’Intérieur. Cette seconde partie de ce second mandat est marquée par les émeutes de novembre 2005. Le chef de l’État allant jusqu’à décréter l’état d’urgence.

La fin de ce quinquennat est entachée par l’affaire Clearsteam 2. Jacques Chirac et Dominique de Villepin sont soupçonnés d’avoir commandité des enquêtes confidentielles sur des hommes politiques français. Le 11 mars 2007, il annonce qu’il ne se représentera pas à la présidence de la République. Il appelle à voter Nicolas Sarkozy, élu quelques mois plus tard sixième président de la Ve République.

Si sa présidence a été maintes fois décriée, Jacques Chirac jouissait depuis son retrait de la vie politique – et surtout publique – d’une forte popularité.

Par Ambre L

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
  • 20 oct La Fouine👁 @lafouine78
    🤫⏳ https://t.co/SKW31mKlm2
    Détails
  • 20 oct Kev Adams @kevadamsss
    On se voit la bas ❤️🙏 https://t.co/YcHQUCCfie
    Détails
  • 20 oct Kev Adams @kevadamsss
    Gros bisous à elle ❤️ https://t.co/47m7B4OYT1
    Détails