• Non Stop People
    est disponible sur
  • Canalsat46
  • Free86
  • Orange84
Politique

Morandini Live - Affaire Benjamin Griveaux : que dit la loi sur le "revenge porn" ? (vidéo)

Morandini Live - Affaire Benjamin Griveaux : que dit la loi sur le "revenge porn" ? (vidéo)
  • A-
  • A+
Partager Google+

Dans un nouveau numéro de "Morandini Live" diffusé sur CNews et Non Stop People ce lundi 17 février, Jean-Marc Morandini a consacré une grande page à la suite de l'affaire Benjamin Griveaux. Il a ainsi reçu plusieurs invités, notamment Nicolas Rebbot, avocat spécialiste dans le copyright. Il est revenu sur le "revenge porn", révélant ce que dit la loi à ce sujet.

Vendredi dernier, Benjamin Griveaux a annoncé qu'il se retirait de la campagne pour les municipales à la suite de la diffusion sur les réseaux sociaux d'une vidéo à caractère sexuel. L'identité de la personne à l'origine de cette publication a rapidement été dévoilée. Il s'agit de Piotr Pavlenski, un activiste russe actuellement en garde à vue avec sa compagne, Alexandra de Taddeo.

Dans "Morandini Live", le chroniqueur Simon Marty en a dit plus sur l'avancée de l'enquête, donnant quelques précisions sur l'origine du contenu qui a été dévoilé à l'insu de Benjamin Griveaux. "Ces enregistrements proviendraient d'une discussion privée sur Messenger ayant eu lieu entre l'ancien porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux et une jeune femme en mai 2018. Au cours de ces discussions, on peut voir un homme en train de se masturber. C'est Alexandra de Taddeo, l'actuelle compagne de l'activiste russe, qui aurait été à l'époque la destinatrice des vidéos (...) S'il a revendiqué la mise en ligne des vidéos, l'avocat de Benjamin Griveaux (...) a lui expliqué samedi soir sur LCI douter que Piotr Pavlenski soit le seul responsable de la diffusion des vidéos", a-t-il dit.

"C'est de la correspondance privée"

Sur le plateau de "Morandini Live", Jean-Marc Morandini a reçu plusieurs invités pour commenter l'affaire, notamment l'avocat spécialiste en copyright Nicolas Rebbot. Il a tout d'abord réagi à la divulgation de ces vidéos et messages à caractère sexuel. "La base, c'est que c'est de la correspondance privée. Le secret des correspondances privées, c'est ce qui nous protège de tout, normalement. On a le droit de révéler une correspondance privée si l'un ou l'autre est d'accord (...) Si c'est une des personnes qui le révèle au public sans l'accord de l'autre, c'est problématique et c'est là qu'on condamne par le revenge porn", a-t-il dit.

Quels sont les risques ? "Ça va jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 60 000 euros d'amende. Jusqu'en 2016, la Cour de cassation avait tendance à ne pas condamner parce qu'elle s'attachait sur des textes un peu trop contraignants, puis a été voté le délit de revenge porn et depuis, ça peut induire de nouvelles condamnations. Mais le problème, c'est ce message qui est envoyé : vous êtes pris avec du revenge porn, vous risquez de tomber alors que le mieux, c'est de résister", a-t-il précisé.

Par Non Stop People TV

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
  • 08 juil Non Stop People @NonStopPeople
    Nick Cordero mort : son ami Zach Braff dévoile ses terribles dernières heures https://t.co/gs95atbPs4 https://t.co/oBG1AKrrHG
    Détails
  • 08 juil Non Stop People @NonStopPeople
    Jean Castex : d’où lui vient son étrange surnom de “croque mémé” ? https://t.co/LOlIrk4Ghs https://t.co/k15cbz6S5P
    Détails
  • 08 juil Non Stop People @NonStopPeople
    Amel Bent : son mari condamné à deux ans de prison ferme et 100 000 euros d’amende https://t.co/frCwcH34ZI https://t.co/YAgkjncEtD
    Détails