• Non Stop People
    est disponible sur
  • Canalsat46
  • Free86
  • Orange84
Sport

Clémentine Sarlat harcelée : des journalistes sportives sortent elles aussi du silence

Clémentine Sarlat harcelée : des journalistes sportives sortent elles aussi du silence
(c) maxppp
  • A-
  • A+
Partager Google+

La parole se libère après le témoignage de Clémentine Sarlat sur le harcèlement moral qu'elle a subi lorsqu'elle travaillait dans une ancienne rédaction sportive. Deux journalistes ont témoigné sur des vécus similaires. Non Stop People vous en dit plus.

La prise de parole de Clémentine Sarlat permet à d'autres journalistes sportives de sortir du silence. Début avril, la journaliste a révélé dans le quotidien L’Équipe, avoir subi un harcèlement moral lorsqu'elle travaillait pour l’émission Stade 2 au sein de France Télévisions. Ce témoignage a résonné auprès de certaines consœurs. Egalement journaliste sportive et actuellement chez RMC Sport, Tiffany Henne a dévoilé sur Twitter ce 19 avril le harcèlement dont elle a été victime il y a quelques années dans une autre rédaction sportive. 

Un quotidien de moqueries et humiliations

Durant une période allant de ses 20/21 ans à ses 24/25 ans, Tiffany Henne a subi de la part d'un de ses "rédacteurs en chef", des moqueries et humiliations. La journaliste raconte qu'il se serait "amusé à présumer de [son] orientation sexuelle pour ensuite s’en moquer publiquement quotidiennement". Un calvaire poussé encore plus loin lorsque la jeune femme a été "enfermée dans une salle avec un collègue" afin qu'elle avoue aimer "les filles". "Je devais le faire pendant qu’il me filmait avec son téléphone", raconte-t-elle.

Pour accompagner la "courageuse démarche" des deux journalistes, Andréa Decaudin, aussi journaliste sportive, a livré son témoignage sur Twitter. La chroniqueuse de Télé Matin est revenu sur son vécu dans une autre rédaction. De la part de son ancien rédacteur en chef, Andréa Decaudin a été déstabilisée à plusieurs reprises comme lorsqu'il lui a lancé un jour "Bon Andréa, tu nous sers plus à rien, va donc nous chercher des cafés". Lors de son entretien annuel face à ce responsable, la journaliste a entendu : "Il a dit que ‘je n’étais pas normale’, que ‘je n’avais pas le bon état d’esprit’". "Comment surmonter de tels propos, affronter une nouvelle journée de travail, d’antenne, de direct, dans de telles conditions ? Ce même personnage qui, une autre fois alors que je m’apprêtais à prendre l’antenne, m’a dit droit dans les yeux: ’je devrais être à ta place, c’est moi qui devrais faire de l’antenne, pas toi", raconte Andréa Decaudin qui a culpabilisé sur ses propres compétences. 

Par Marie Merlet

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
  • 26 mai Non Stop People @NonStopPeople
    Eve Angeli : pourquoi elle regrette ses reprises zouk avec Francky Vincent https://t.co/f8HDNsjRIo https://t.co/iFAmcI9owb
    Détails
  • 26 mai Non Stop People @NonStopPeople
    Michael Schumacher : Felipe Massa donne de ses nouvelles https://t.co/fz5bImSGrh https://t.co/GibVVOiHdZ
    Détails
  • 26 mai Non Stop People @NonStopPeople
    Adeline Blondieau : "l'enfer" qu'elle a vécu avec Johnny Hallyday raconté par Bernard Montiel… https://t.co/SUvCvrko9a
    Détails