Sport

Oscar Pistorius raconte le meurtre de Reeva Steenkamp

Oscar Pistorius raconte le meurtre de Reeva Steenkamp
  • A-
  • A+

Une nouvelle fois présent à la barre ce mardi, Oscar Pistorius a donné sa version des faits sur le meurtre de sa petite-amie Reeva Steenkamp. L’athlète a donc précisé sa théorie du cambriolage en expliquant l’erreur de jugement qui l’a amené à tirer à quatre reprises sur l’ancien mannequin

Depuis ce lundi et la reprise du procès Pistorius, la défense a enfin la parole. Après des semaines de témoignages et preuves accablantes contre l’ancien athlète accusé du meurtre volontaire de son ancienne petite-amie Reeva Steenkamp, le Sud-Africain a la possibilité de s’expliquer.

Ce mardi, la défense menée par Barry Roux a divisé son intervention en deux parties. Tout d’abord, la lecture de messages téléphoniques pour prouver que l’amour étant toujours présent dans le couple et enfin, l’explication de la nuit du drame par Oscar Pistorius.

Dans les faits officiels, tout est réuni contre le sportif. Les quatre coups de feu soudains contre la porte des toilettes, les cris entendus par le voisinage et la théorie du « cambriolage » par la défense semblait bien légère. Ce mardi, Oscar Pistorius a dévoilé les détails et surtout sa version de cette soirée cauchemardesque.

Après une soirée classique le couple se serait alors couché au sein de leur maison alors en plein chantier. « Vers 20h nous sommes montés dans la chambre » raconte Pistorius. « J'ai ouvert les fenêtres car la climatisation ne marchait pas et qu'il faisait humide. J'ai fermé la porte de la chambre à clé. Mais elle fermait mal donc j'ai mis une batte de cricket pour la bloquer. J'ai ensuite activé l'alarme comme chaque nuit. Mais à cause des travaux certaines parties de la maison étaient désactivées. Puis j'ai posé mes prothèses. Et nous nous sommes couchés. On a discuté dans le lit, regardé la TV.  Reeva a fait quelques exercices de yoga puis m'a appelé pour que j'aille me brosser les dents avec elle. J’étais fatigué. J’ai dit à Reeva de fermer les fenêtres du balcon et de rentrer les ventilateurs, si je m’endormais avant elle ».

« Je me suis réveillé dans la nuit, la fenêtre du balcon était toujours ouverte. Reeva ne dormait pas, elle m'a demandé si j'arrivais à dormir. Je suis allé rentrer les ventilateurs. J'ai ensuite fermé les fenêtres et tiré les rideaux. En revenant dans la chambre, j'ai entendu que la fenêtre de la salle de bains semblait ouverte. J'ai cru que quelqu'un était en train d'entrer. C'est à ce moment-là que tout a changé, en entendant ce bruit j'ai cru que j'étais en train d'être cambriolé. La salle de bains n'est qu'à 3 ou 4 mètres de la chambre, j'ai pris mon arme sous le lit »

Pistorius : "J'ai ouvert la porte, je me suis assis à côté de Reeva, et j'ai pleuré"

« Je voulais me mettre entre l'intrus et Reeva. Je lui ai dit de descendre et d'appeler la police. J'étais submergé par la peur. Juste avant d'arriver près de la salle de bains, j'ai entendu une porte claquer. Ça ne pouvait être que celle des toilettes. J'avais mon pistolet dans la main droite, je suis allé à l'entrée de la salle de bains pour voir à l'intérieur. Je ne savais pas où étaient les intrus : Dans les toilettes ? Sur l'échelle qui était à l'extérieur? Il n'y avait personne dans la SDB, la porte des toilettes était fermée. Quand j'ai vu qu'il n'y avait personne dans la SDB je me suis appuyé contre le mur et j'ai crié à Reeva d'appeler la police.

« J'ai entendu un bruit, comme quelqu'un qui sortait des toilettes. Comme si on m'attaquait. Alors j'ai tiré 4 coups. Là j'ai crié pour appeler Reeva, je suis retourné vers la chambre. Dans la chambre je suis revenu vers le lit, toujours en criant à Reeva d'appeler la police. J'ai sauté sur le lit et j'ai tâtonné mais je n'ai pas senti Reeva. Je me suis dit qu'elle était sur le sol. J'ai sauté de l'autre côté du lit, regardé derrière les rideaux. Elle n'était pas là. Je ne voyais pas grand-chose dans le noir. Personne ne me répondait. Je ne voulais pas croire que Reeva était dans les toilettes.  J'ai crié à l'aide et j'ai essayé d'ouvrir la porte des toilettes mais je n'y arrivais pas.

Je suis revenu dans la chambre, mis mes prothèses et tenté de défoncer la porte des toilettes. Comme je n'arrivais pas à défoncer la porte je suis allé chercher la batte de cricket et j'ai donné 3 coups. J'ai ouvert la porte, je me suis assis à côté de Reeva, et j'ai pleuré. Elle ne respirait plus », a donc conclu Pistorius dans un torrent de larmes et après quelques pauses.

Suite à ce témoignage qui a pour but d’expliquer le comportement d’Oscar Pistorius, mais également les cris entendus par le voisinage, l’audience a été suspendue jusqu’à demain 9h30

 

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
  • 09 déc Non Stop People @NonStopPeople

    #Ludivine de #KohLanta, méconnaissable ! https://t.co/XE32GcJ55Q https://t.co/v4m8YSFxdd

    Détails
  • 09 déc Non Stop People @NonStopPeople

    .@enjoyphoenix sensibilise sur le #harcèlement scolaire ! https://t.co/xriplg462q https://t.co/vKg9EYfLoX

    Détails
  • 09 déc Non Stop People @NonStopPeople

    EXCLU - @LudivineBirker abandonnée par son ex-copain, elle nous dit tout ! #lpdla4 https://t.co/YWmSVsSqmF https://t.co/C1GkEeKK1q

    Détails