Théâtre

Jérémy Ferrari : Son enfance, son métier, son rapport à l'argent, il dit tout !

Jérémy Ferrari : Son enfance, son métier, son rapport à l'argent, il dit tout !
(c) Maxppp
  • A-
  • A+

Après avoir créé le buzz en France pour s’en être pris à Manuel Valls dans On n’est pas couché, Jérémy Ferrari est reparti en tournée avec son spectacle Vends 2 pièces à Beyrouth. De passage en Suisse, il a répondu aux questions du quotidien national Le Matin. De son enfance difficile à son rapport à l’argent, l’humoriste n’évite aucun sujet. Non Stop People vous en dit plus.

C’était le 17 janvier dernier. Pour la première fois Laurent Ruquier recevait un Premier ministre en activité, Manuel Valls, dans On n’est pas couché. Venu s’exprimer sur la politique menée par le gouvernement, il avait surtout eu un vif échange avec Jérémy Ferrari : "Je ne suis pas politologue, historien... Vous avez parlé de la mort de ces jeunes qui préfèrent mourir que vivre. Déjà renseignez-vous sur ce qu’on propose à ces djihadistes car pour eux, ils ne meurent pas. Pour eux, ils vivent une autre vie après la mort qui est meilleure que celle que leur offre la France (...) Ensuite vous avez dit qu’on était en guerre. Non, non, non, vous, votre gouvernement est en guerre, nous on n’est pas en guerre. Nous, on se fait tirer dessus quand on va voir des concerts" avait-il lancé. Une séquence reprises un peu partout et qui avait fait plusieurs fois le tour des réseaux sociaux.

"A l'école, je me sentais jugé"

Actuellement en tournée avec son spectacle Vends 2 pièces à Beyrouth, Jérémy Ferrari s’est confié au Matin lors de son passage en Suisse. Et il n’a évité aucun des sujets que le quotidien a souhaité aborder, révélant notamment qu’il avait très peur de l’école étant enfant : "J’avais beaucoup de mal à m’intégrer, mais pour le coup c’est moi qui me suis exclu tout seul. Je suis devenu adulte trop vite. Je n‘étais pas à l’aise avec les ados. A l’école, je me sentais jugé, enfermé. Mes parents le savaient et c’est pour ça qu’ils m’ont laissé arrêter. J’étais trop malheureux" révèle celui qui a été menacé de mort. Pourtant cette période n’a pas été la pire de sa vie. Son plus mauvais souvenir, c’est quand il a dû arrêter la scène pendant un an et demi : "Sur scène, je n’ai plus aucun démon, plus aucun complexe, plus aucune peur. Cela me touche parce que ce que je fais, c’est spécial, et d’avoir un succès populaire avec ça me donne envie de chialer. C’est vraiment ma vie ce métier. Si demain cela s’arrête, je ne me vois rien faire d’autre". Tabou pour certains, le sujet de l’argent ne l’est par ailleurs pas pour Jérémy Ferrari. S’il refuse de révéler combien il gagne, il assure que "c’est trop. C’est pour ça que je fais de la production, que j’ai monté des festivals. Pour essayer de partager. Je connais la valeur de l’argent. Cela doit servir à quelque chose. La première chose que j’ai faite, c’est acheter une maison à mes parents. Ensuite, j’ai engagé un de mes meilleurs amis pour qu’il travaille avec moi. Je vis très bien. Pour moi, il y a plusieurs choses importantes: sortir, bien manger, bien boire, voyager. Là, je ne compte pas. J’ai un bel appartement mais pas de bagnole, de montre ou de fringues chers".

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
  • 06 déc One Direction @onedirection

    #TuesdayTrack: Clouds https://t.co/JmLXGfzGDj

    Détails
  • 06 déc Kev Adams @kevadamsss

    RT @KevAdamsCrew: Demain c'est la sortie du DVD #ToutEstPossible ! https://t.co/rCYyAvOnBf

    Détails
  • 06 déc Kev Adams @kevadamsss

    RT @kevadamsss: Demain, sortie du DVD de #ToutEstPossible !! #DispoPartout Encore merci pour l'accueil en tournée 🙌🙌🙌 @gadelmaleh @toutestp…

    Détails