• Non Stop People
    est disponible sur
  • Canalsat46
  • Free86
  • Orange84
TV

Bernard de la Villardière se confie sur son enfance

Bernard de la Villardière se confie sur son enfance
capture écran France 5
  • A-
  • A+
Partager Google+

Bernard de la Villardière fait actuellement la promotion de son livre "L’homme qui marche". Dans les colonnes de Gala, l’animateur est revenu sur son parcours, mais aussi sur son enfance. Non Stop People vous en dit plus.

Journaliste de terrain, Bernard de la Villardière ne cesse d'être au cœur de vives polémiques. En effet, le présentateur d' "Enquête Exclusive" et "Dossier Tabou" diffusés sur M6 traite souvent de sujets d'actualité, comme le terrorisme ou le cannabis, qui ne plaisent pas à tout le monde. À l'occasion de la sortie de son livre "L’homme qui marche", Bernard de la Villardière évoquait pour Gala son parcours riche en rebondissements. "Ce métier correspondait à mon goût de la liberté et de l’aventure, confirme Bernard de la Villardière. Mais je n’avais aucun contact dans la presse, j’ai connu le chômage dès l’âge de 27 ans. Lorsque je relis les lettres que m’envoyait mon père, fustigeant mon inconscience, je me demande encore comment j’ai persisté. J’ai tenu notamment grâce au soutien de ma femme qui a cru en moi". Le jeune couple s’exilera ensuite à la Réunion, puis au Maroc où l’apprenti journaliste fait ses premières armes. "Cette enfance à l’étranger conjuguée aux valeurs transmises par mes parents m’a donné une curiosité et le goût des autres. Je n’ai jamais entendu mes parents critiquer par exemple les Libanais, lorsque nous vivions dans ce pays." Le reporter n’hésitera pas plus tard à s’envoler pour tous les terrains à risques tels que Bucarest, L’Irak, l’Afghanistan, la Syrie, le Darfour.

"On a pu me surnommer Caliméro"

Après s'être penché sur ses expériences profesionnelles, Bernard de la Villardière a aussi fait quelques confidences sur son enfance dans son interview accordée au magazine Gala : "J'étais très sensible, je pensais qu’il fallait montrer ses blessures. On a pu me surnommer Caliméro. J’ai réalisé que les gens pouvaient tirer parti de vos faiblesses. Je me suis blindé. Quitte à afficher une assurance parfois surjouée," a-t-il révélé. L'animateur n'a donc pas toujours suivi les conseils de ses parents qui lui demandaient "de ne pas faire le malin. De rester à sa place". 

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
  • 21 fév Non Stop People @NonStopPeople
    Loana incroyablement amincie, elle partage une bonne nouvelle https://t.co/r1HfFng4GA
    Détails
  • 21 fév Non Stop People @NonStopPeople
    Testament de Johnny Hallyday : le rockeur avait prédit la bataille https://t.co/KtUSE9P0YV
    Détails
  • 21 fév Paris Hilton @ParisHilton
    RT @ParisHilton: My dogs live in this two-story doggy mansion that has air conditioning, heating, designer furniture, and a chandelier. Lov…
    Détails