• Non Stop People
    est disponible sur
  • Canalsat46
  • Free86
  • Orange84
TV

Corinne Masiero ancienne prostituée : ses années noires révélées

Corinne Masiero ancienne prostituée : ses années noires révélées
  • A-
  • A+
Partager Google+

Le "Capitaine Marleau" est de retour. Ce mardi 22 octobre, Corinne Masiero retrouve son rôle dans la série phare de France 3. Mais avant de devenir un personnage désormais culte du service public, la comédienne a connu des années éprouvantes, voire chaotiques. Non Stop People vous en dit plus.

Une nouvelle enquête pour Corinne Masiero. Ce mardi 22 octobre, France 3 diffuse un nouvel épisode de sa série à succès, "Capitaine Marleau", intitulé "Le grand huit". Un numéro dans lequel la comédienne donnera la réplique à un guest au franc-parler tout aussi légendaire : JoeyStarr. Le rappeur donnera vie au personnage d’Antoine Pavilla, le propriétaire d’un parc d’attractions dont un employé a été assassiné. Une rencontre à l’écran qui promet d’être décalée.

Désormais bien connue du grand public pour son rôle, Corinne Masiero l’est également pour ses prises de positions politiques. Elle avait notamment soutenu farouchement le mouvement des gilets jaunes, dénonçant les inégalités financières. Et si la comédienne de 55 ans veut s’allier aux plus démunis, c’est parce qu’elle a vécu des années de galère.

Une femme endurcie par la rue

A 28 ans, Corinne Masiero s’était orientée vers une carrière dans la comédie. Avant, l’actrice menait une vie chaotique dans la rue. Drogues et prostitution, elle en a vu de toutes les couleurs. "Le théâtre a été ma lumière. Je croyais naïvement que c’était ça, la vraie liberté : être toxico. Et que le seul moyen de se révolter était de se détruire", racontait la comédienne à Télérama, en janvier dernier. "Je devais dealer ou me prostituer à la sauvette, dans le métro, dans les voitures, pour m'acheter de l'héroïne ; avec à chaque fois la peur des flics ou des maquereaux", ajoutait-elle.

Dans une interview accordée au quotidien belge Le Soir, elle en disait plus sur ce quotidien, et notamment sur ses addictions. "Je n’ai jamais été dans des centres. J’étais tox et jamais, je ne suis jamais allée voir quelqu’un, sauf une fois un psy et après dix minutes, je me suis cassée", se remémorait-elle. Et de poursuivre : "Quand t’es une femme à la rue, c’est dix fois pire. Même si des mecs se font aussi violer dans la rue, majoritairement, ce sont des femmes qui subissent ça. Et c’est une, deux, trois fois par semaine, voire tous les jours". Un passé qui l’a endurcie, lui permettant aujourd’hui de dynamiter le milieu très select et bourgeois du cinéma français.

Par Laura C-M

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
  • 03 aoû Non Stop People @NonStopPeople
    Marine Lorphelin : elle retrouve enfin son compagnon après une longue séparation https://t.co/WsvsLxMd7h https://t.co/N7K7zMrmPY
    Détails
  • 03 aoû Non Stop People @NonStopPeople
    Affaire Clémentine Sarlat : Estelle Denis fait part de ses doutes https://t.co/8pQh4cin6n https://t.co/sxuz4CjnlQ
    Détails
  • 03 aoû Non Stop People @NonStopPeople
    Hugo Clément : Sa participation à Fort Boyard scandalise la Toile https://t.co/twj9hIisdy https://t.co/WJxuOzu8ih
    Détails