• Non Stop People
    est disponible sur
  • Canalsat46
  • Free86
  • Orange84
TV

Hugo Clément : les conditions "hallucinantes" de son arrestation en Australie

Hugo Clément : les conditions "hallucinantes" de son arrestation en Australie
  • A-
  • A+
Partager Google+

En juillet dernier, Hugo Clément était interpellé par les autorités australiennes, en plein tournage. Mardi 26 novembre, dans "C à Vous", le journaliste a fait part de cette expérience, dénonçant les conditions de son arrestation mais aussi de sa remise en liberté. Non Stop People vous en dit plus.

Prêt à dénoncer les scandales environnementaux, Hugo Clément débarquait en Australie, en juillet dernier, dans le cadre de la réalisation d’un documentaire pour France 2. Malheureusement, ce voyage professionnel virait au fiasco lorsque, le 22 juillet dernier, le compagnon d’Alexandra Rosenfeld et son équipe avaient été arrêtés. A l’époque, nos confrères du Figaro informaient que le journaliste avait été interpellé par les autorités australiennes lorsqu’il filmait des manifestants bloquant un terminal de charbon de l’état du Queensland. Hugo Clément s’était, dès lors, emparé de ses réseaux sociaux pour fustiger son arrestation. "Cette intimidation ne nous empêchera pas de continuer à enquêter sur les dangers qui menacent la grande barrière de corail et les océans", avertissait-il. Il avait toutefois échappé au procès.

Sept heures de garde à vue

Quatre mois après les faits, Hugo Clément était l’invité de "C à Vous", mardi 26 novembre, à l’occasion de la diffusion de son nouveau magazine, "Sur le front". Lors de son passage sur France 5, il s’est confié sans détour. "On pensait être témoins de l'arrestation des activistes. Mais la vie est pleine de surprises", a-t-il déclaré. D’après lui, il aurait été interpellé avec ses collègues car la voie de chemin de fer sur laquelle ils se trouvaient était "une propriété privée". Les journalistes étaient restés en garde à vue pendant "sept heures", comme le révèle Hugo Clément."Ils ont dit que nous avions fait une intrusion, mais nous filmions dans l’espace public. Je ne bloquais pas la voie ferrée", a-t-il ainsi déploré. Et d’ajouter : "On a été remis en liberté dans des conditions assez hallucinantes. C'est-à-dire que la police nous a interdit d'approcher à moins de 20 kilomètres du projet de la future méga-mine de charbon. Donc l'objectif de l'arrestation, c'était clairement de nous empêcher de travailler". Une contrainte qui ne les aurait pas empêcher de finir leur travail, selon lui.

Par Laura C-M

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
  • 31 mai KATY PERRY @katyperry
    “I guess you’re outta your mind till it actually happens...” incredible congrats to spacex @nasa astro_bobbehnken… https://t.co/YCjK0fGjMc
    Détails
  • 31 mai Justin Timberlake @jtimberlake
    @lindseyyok @MNFreedomFund 🙏🏻
    Détails
  • 31 mai Justin Timberlake @jtimberlake
    @Zo0oks @MNFreedomFund 🙏🏻
    Détails