• Non Stop People
    est disponible sur
  • Canalsat46
  • Free86
  • Orange84
TV

Jean-Hugues Anglade après la fusillade dans le train Thalys : "Oui, on s’est vu mourir"

Jean-Hugues Anglade après la fusillade dans le train Thalys : "Oui, on s’est vu mourir"
hiMedia
  • A-
  • A+
Partager Google+

Au lendemain de l’arrestation d’un homme armé d’une kalachnikov et ayant ouvert le feu dans un train Thalys reliant Amsterdam à Paris, Jean-Hugues Anglade, présent dans la rame et blessé à la main, a raconté le calvaire qu’il a vécu à Paris Match. Non Stop People vous en dit plus.

Jean-Hugues Anglade a échappé de justesse à la mort. Présent à bord du train Thalys reliant Amsterdam à Paris et dans lequel un homme armé d’une kalachnikov a ouvert le feu vendredi en début de soirée, l’acteur était pris au piège comme des centaines de passagers. Accompagné de sa femme et de ses deux enfants, il s’est blessé à la main en actionnant le signal d’alarme avant que deux militaires américains, qui voyageaient en civil, ne maitrisent l’assaillant. Au lendemain de ce fait divers qui aurait pu être tragique, l’acteur est revenu sur l’incident en exclusivité pour Paris Match.

"Nous sommes en vie, et c'est l'essentiel"

"Ce matin, je vais bien. J'ai eu cinq points de suture, mais le tendon n'est pas atteint. Nous sommes choqués, mais nous sommes en vie, et c'est l'essentiel, explique-t-il. C'est un miracle." Présent dans la voiture n°11, Jean-Hugues Anglade raconte que le tireur était à quelques mètres, dans le wagon 12. "Dos au mur. Collés les uns aux autres contre la porte métallique de la motrice (où s’était réfugiée une partie du personnel). Nous tapions dessus, nous criions pour que le personnel nous laisse entrer, nous hurlions "Ouvrez !" On voulait qu'ils réagissent ! En vain... Personne ne nous a répondu. Silence radio. Cet abandon, cette détresse, cette solitude, c'était terrible et insupportable ! Les minutes paraissaient des heures. J'ai protégé de tout mon corps mes enfants, leur répétant en boucle que tout allait bien", poursuit celui qui partageait l'affiche de Braquo avec Nicolas Duvauchelle notamment.

"J'ai pensé que c'était la fin"

"Piégés dans une souricière", l’acteur et les autres passagers ont rapidement songé au pire : "J'ai pensé que c'était la fin, que nous allions mourir, qu'il allait tous nous tuer, dit-il encore. Oui, on s'est vu mourir car nous étions prisonniers de ce train, et qu'il était impossible de s'échapper de ce cauchemar. C'est un sentiment terrifiant de se sentir autant impuissant. On cherchait tous une issue, un moyen de s'enfuir, de survivre." L’acteur conclue en remerciant ceux qui ont maitrisé l’homme armé : "Nous avons eu une chance incroyable d'avoir ces soldats américains. Je veux rendre hommage à leur courage héroïque, et les remercier, sans eux, nous serions tous morts."

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
  • 12 déc Kev Adams @kevadamsss
    🤷🏻‍♂️❤️ https://t.co/DJfGXdGvy4
    Détails
  • 12 déc Cyril Hanouna @Cyrilhanouna
    Un live de dingue ! Et un before de ouf ! #course #ski #rigolade ❤❤❤❤❤❤❤ a tout de suite
    Détails
  • 12 déc Paris Hilton @ParisHilton
    RT @wmag: .@ParisHilton is entering the skincare game: https://t.co/ClJ6tOkIUT
    Détails