• Non Stop People
    est disponible sur
  • Canalsat46
  • Free86
  • Orange84
TV

Juan Branco : Apolline de Malherbe épinglée par le Conseil de déontologie journalistique

Juan Branco : Apolline de Malherbe épinglée par le Conseil de déontologie journalistique
(c) maxppp
  • A-
  • A+
Partager Google+

Mauvaise nouvelle pour Apolline de Malherbe. Dans son premier avis, le nouveau Conseil de déontologie journalistique a considéré que la journaliste a fait preuve de "partialité" lors de son entretien avec l’avocat Juan Branco. Non Stop People vous en dit plus.

Le 17 février dernier, BFMTV avait diffusé un entretien mené par Apolline de Malherbe avec Juan Branco, l’avocat de Piotr Pavlenski, un artiste russe au coeur d’un scandale sur des vidéos à caractère sexuel, dont la publication avait poussé Benjamin Griveaux à renoncer à sa candidature à la mairie de Paris. A la fin de l’interview, Apolline de Malherbe avait lancé : "Plus on vous entend et plus on se demande si Piotr Pavlenski n'est pas que l'exécutant et vous le manipulateur". Face à cette phrase, plusieurs personnes ont décidé de se saisir du nouveau conseil de déontologie journalistique qui a été fondé fin 2019. Et malheureusement pour Apolline de Malherbe, le CDJM (Conseil de déontologie journalistique et de médiation) a estimé que les saisines étaient "partiellement fondées".

"Mme Apolline de Malherbe ne respecte pas les règles déontologiques"

Selon le Conseil, la journaliste de BFMTV aurait fait preuve de "partialité" : "L'ensemble de l'entretien avec M. Juan Branco témoigne d'une partialité envers l'interviewé qui dépasse la liberté d'investigation journalistique, et la dernière phrase prononcée par Mme Apolline de Malherbe ne respecte pas les règles déontologiques concernant les accusations sans preuve et le défaut d'offre de réplique. les entretiens journalistiques ne sont pas des interrogatoires policiers. Or, dans le cas présent, la sélection des faits invoqués par la journaliste, sa manière de poser des questions, le choix des termes qu'elle utilise ('instigateur', 'manipulateur'...), sa propension à impliquer à tout prix l'avocat dans la commission des faits reprochés à son client contredisent l'exigence d'impartialité". Informée de ces saisines, la chaîne BFMTV n’a pas répondu au Conseil. Apolline de Malherbe de son côté n’a pas réagi.

Par Alexia Felix

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
  • 04 juin Kim Kardashian West @KimKardashian
    I hope you join us in taking action to make lasting change.
    Détails
  • 04 juin Kim Kardashian West @KimKardashian
    Color of Change @ColorOfChange https://t.co/Bn9jypfecI https://t.co/b9g6GjwUVw
    Détails
  • 04 juin Kim Kardashian West @KimKardashian
    National Urban League @NatUrbanLeague https://t.co/lbGfZMt1Dw https://t.co/npxQNG5aH2
    Détails