• Non Stop People
    est disponible sur
  • Canalsat46
  • Free86
  • Orange84
TV

Koh-Lanta 2020 - Inès : son quotidien difficile d'infirmière en unité Covid-19

Koh-Lanta 2020 - Inès : son quotidien difficile d'infirmière en unité Covid-19
  • A-
  • A+
Partager Google+

Le 21 février dernier, lors du lancement de la nouvelle saison de "Koh-Lanta", les téléspectateurs ont fait la connaissance de 14 nouveaux candidats anonymes, dont celle d'Inès. À 25 ans, elle est infirmière dans un grand hôpital parisien où elle travaille de nuit dans un service Covid-19. Au Parisien, elle a donné de ses nouvelles et raconté les difficultés qu'elle rencontre face à la gestion de la crise sanitaire.

C'est une nouvelle saison de "Koh-Lanta" que les téléspectateurs attendaient avec impatience. Le 21 février dernier, TF1 a lancé le premier épisode de cette édition 2020 à laquelle cinq anciens candidats emblématiques ont participé, tout comme 14 candidats anonymes. L'occasion pour les fidèles du programme de faire leur connaissance, à commencer par celle d'Inès. Originaire de Toulouse, elle a décidé de se lancer dans l'aventure pour "repousser ses limites".

Sa participation sur TF1 a d'emblée été marquée par son fessier qu'elle a dévoilé dans un maillot de bain qui a fait fureur sur les réseaux sociaux. Un buzz qui a pris une ampleur à laquelle elle ne s'attendait pas. "C'est dans l'action qu'il est rentré dans mes fesses. Je ne comprends pas pourquoi ils m'ont directement catégorisée genre 'le string, c'est pour faire Les Anges', c'est des malades ! En plus, ce n'était pas un string, c'est un maillot tout à fait normal (...) Franchement, je ne m'attendais pas à ce que ça soit autant", confiait-elle à Femme Actuelle.

Confrontée à la mort

Après le tournage de "Koh-Lanta", Inès a retrouvé sa vie et son métier. Elle est infirmière dans un grand hôpital parisien. Et avec l'épidémie de coronavirus, son quotidien a été chamboulé. Elle travaille de nuit dans un bâtiment consacré uniquement à la maladie. Une période "très intense" qu'elle a accepté de raconter à nos confrères du Parisien. "Les cas arrivent en masse. Je ne banalise jamais un décès. Là, les voir s'enchaîner, alors que certains patients avaient de bonnes constantes, c'est très, très dur", a-t-elle commencé.

Et de poursuivre : "Le personnel soignant se bat pour stabiliser les cas. Je prends soin des patients comme s'ils étaient de ma famille. Mais on se sent impuissant (...) On n'a même plus de feuilles de décès. On dirait un champ de bataille, sans toutes les armes qu'on pourrait avoir. On est en première ligne, sans avoir le matériel nécessaire pour être protégé". Elle a profité de cet entretien pour pousser un coup de gueule contre ceux qui continuent de sortir malgré le confinement. "Ça me met les nerfs (...) C'est du je-m'en-foutisme", a-t-elle lancé.

Par Clara P

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
  • 26 mai Non Stop People @NonStopPeople
    Eve Angeli : pourquoi elle regrette ses reprises zouk avec Francky Vincent https://t.co/f8HDNsjRIo https://t.co/iFAmcI9owb
    Détails
  • 26 mai Non Stop People @NonStopPeople
    Michael Schumacher : Felipe Massa donne de ses nouvelles https://t.co/fz5bImSGrh https://t.co/GibVVOiHdZ
    Détails
  • 26 mai Non Stop People @NonStopPeople
    Adeline Blondieau : "l'enfer" qu'elle a vécu avec Johnny Hallyday raconté par Bernard Montiel… https://t.co/SUvCvrko9a
    Détails