• Non Stop People
    est disponible sur
  • Canalsat46
  • Free86
  • Orange84
TV

Thierry Ardisson : son combat pour sauver la rue de Rivoli

Thierry Ardisson : son combat pour sauver la rue de Rivoli
@ Non Stop People
  • A-
  • A+
Partager Google+

Thierry Ardisson, aux commandes de Salut les Terriens sur Canal+ s’est engagé dans un nouveau combat. Cette fois-ci, ce n’est pas à un de ses confrères que l’animateur a déclaré la guerre, mais aux kebabs et autres commerces "bas de gamme". Duel musclé en perspective…

Résidant dans le 1er arrondissement de la capitale, Thierry Ardisson ne supporte plus de voir son quartier se détériorer et ainsi dévaluer. Pour ce faire, l’homme en noir est passé à l’offensive : posture affirmée, regard déterminé et discours incisif, l’animateur est bien décidé à ne rien laisser passer. Et pour cause, il estime que le laxisme et le laisser-aller sont responsables de cette dépravation et craint qu’à ce rythme, la mythique rue de Rivoli ne soit le défilé "de kebabs et tours Eiffel de la Concorde jusqu’au Louvre".

ADAR : le nouveau combat d’Ardisson

Très engagé auprès de cette cause, le compagnon de la journaliste Audrey Crespo-Mara a créé fin 2014 l’Association de défense des arcades de Rivoli (Adar). "Effondré" de constater que le charme de cette rue sera bientôt ravagé par les petits commerces bas de gamme, les parterres de tours Eiffel miniatures, les casquettes et ceintures censées représenter "Paris" à en croire l’inscription qu’elles ornent, l’animateur de télévision est parti à la recherche d’autres militants. Et tant qu’à faire, autant utiliser sa médiatisation et son attache au "milieu" pour faire entendre sa voix. Antoine de Caunes, Marc Lavoine, sa femme Sarah, Daphné Roulier se sont portés présents pour battre à ses côtés. Le maire du 1er, Jean-François Legaret (UMP) se trouve également dans le même état d’indignation. Selon le Parisien, il réclame depuis des années "la suppression complète des étalages sous les arcades", faisant passer l’amende de 22 à 750 euros pour ceux qui ne respecteraient pas cette consigne.

"Barbès, c’est Barbès et Rivoli, c’est Rivoli"

Impliqué dans ce combat qu’il prend très au sérieux, l’ex-ennemi de Marc-Olivier Fogiel, en appelle même à la loi. Il a ainsi retrouvé un vieux décret datant du 23 décembre 1852 dans lequel il est mentionné que les artisans ne pourront pas s’installer rue de Rivoli si leur commerce "nécessite l’usage d’un four". Cela va sans dire que les "restaurants" de nourriture à emporter et autres kebabs n’ont aucunement le droit de s’implanter dans ce coin de Paris. Ce combat pourra peut-être sembler un poil réac’ et conservateur pour certains, l’animateur s’empresse donc de justifier sa position : "Je suis écœuré que ces arcades, si belles et prestigieuses, soient maltraitées ainsi. C’est un scandale ! Les petits commerces et les fast-foods les défigurent et les propriétaires des immeubles n’entretiennent pas les trottoirs, ce qui est pourtant de leur responsabilité. Depuis peu, des kebabs commencent à s’installer. Il faut dire les choses : j’adore Barbès, mais Barbès, c’est Barbès et Rivoli, c’est Rivoli" avait-il confié récemment dans les colonnes de Paris Match. Résolu à conserver toute le charme et la beauté de notre patrimoine, Thierry Ardisson a même affirmé qu’il n’hésiterait pas à attaquer en justice tous les propriétaires de ce quartier n’assumant pas leurs responsabilités.

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
  • 17 déc Kev Adams @kevadamsss
    RT @C8TV: "Je vis un moment hallucinant !" - Le documentaire inédit, @kevadamsss​ intime : le fan devenu phénomène, c'est mardi soir à 21h…
    Détails
  • 17 déc Kev Adams @kevadamsss
    @nikosaliagas @PalaisdesGlaces Merci 🙌
    Détails
  • 17 déc Kev Adams @kevadamsss
    RT @nikosaliagas: #replay #EnBaladeAvec avec @kevadamsss 26 ans, et déjà dix années de lien avec le public, https://t.co/3Sq0N97LT7 #inte…
    Détails