• Non Stop People
    est disponible sur
  • Canalsat46
  • Free86
  • Orange84
TV

Vivement Dimanche - Marina Carrère d’Encausse raconte le jour où elle a frôlé la mort (vidéo)

Vivement Dimanche - Marina Carrère d’Encausse raconte le jour où elle a frôlé la mort (vidéo)
(c) Maxppp
  • A-
  • A+
Partager Google+

Aujourd’hui, Michel Drucker proposait un nouveau numéro de Vivement Dimanche diffusé sur France 2. Son invité d’honneur était la médecin échographiste et journaliste française Marina Carrère d’Encausse. La co-animatrice du Magazine de la santé sur France 5 est revenue sur un drame qui l’a touché plus jeune, le jour où elle a regardé la mort en face après un accident de voiture. Non Stop People vous en dit plus.

Les invités qui se retrouvent sur le fameux fauteuil rouge de Vivement Dimanche se laissent toujours aller à quelques confessions et anecdotes intimes. En septembre dernier, Valérie Lemercier racontait comment sa sœur lui avait sauvé la vie. "Hélène s’est toujours occupée de moi. Elle m’a sauvé la vie plusieurs fois car j’étais très distraite. J’ai manqué pleins de fois de me faire écraser, elle me rattrapait toujours au dernier moment. C’est grâce à elle que je suis là. C’était un peu une mère… Très attentive. (…) Je lui obéis" rapportait l’actrice. Au début du mois, c’est Patrick Poivre d’Arvor, invité dans l’émission, qui découvrait un émouvant message enregistré par Claire Chazal. La journaliste rendait hommage à son ex collègue et compagnon.

"Il y a eu une peur panique de mourir"

Aujourd’hui, dans Vivement Dimanche, Marina Carrère d’Encausse  est revenue sur un drame qui a bouleversé sa vie. A 24 ans, la journaliste a été victime d’un accident de voiture épouvantable. Le radiateur de sa voiture a explosé sous ses pieds. Marina Carrère d’Encausse a été gravement brûlée et est restée dans le coma pendant des jours. Il lui faudra des mois d’hospitalisation et de rééducation pour revenir à une vie normal même si son pied et sa jambe la feront souffrir pendant 10 ans. "Il y a eu la douleur, une peur panique de mourir. Comme j’étais interne en médecine, je savais très bien que j’avais une hémorragie interne et une péritonite. Je savais que je risquais de mourir.  Ce qu’il y a d’incroyable, c’est que j’ai attendu longtemps. Il faisait très mauvais et l’hélicoptère n’a pas pu se poser" raconte celle qui ne se supporte pas physiquement.  "Pendant six heures j’ai passé six heures à dire  ‘je ne vais pas mourir’. Et pendant six heures les pompiers m’ont dit ‘vous êtes médecin vous savez ce que s’est’. J’ai essayé de tenir pendant six heures. Au bout de six heures ma mère est arrivée parce qu’elle n’habitait pas en France. Je l’ai vu arrivée, je lui a dit ‘maman je en vais pas mourir’. Elle m’a dit ‘non tu ne vas pas mourir’. J’ai lâché prise et je suis tombée dans le coma. Et ça a été le soulagement. Se dire que l’on va mourir ça vous marque à vie" conclut-elle. 

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
  • 26 mai P!nk @Pink
    ❤️❤️❤️❤️❤️ https://t.co/m0SH6fpWl9
    Détails
  • 26 mai P!nk @Pink
    Thank you for being with me tonight!!! https://t.co/8n5Ytqorxt
    Détails
  • 26 mai P!nk @Pink
    This makes me happier than you know https://t.co/WPXL8CLrzP
    Détails