• Non Stop People
    est disponible sur
  • Canalsat46
  • Free86
  • Orange84
TV

Yves Lecoq, son incroyable pari : "J’ai quitté mon métier pour la scène"

Yves Lecoq, son incroyable pari : "J’ai quitté mon métier pour la scène"
(c) Maxppp
  • A-
  • A+
Partager Google+

Paris Match a consacré ses pages au parcours d’Yves Lecoq. L’humoriste y révèle les dessous de son incroyable pari : alors qu’il faisait alors la fierté de sa famille en reprenant le magasin d’antiquités de sa grand-mère, il décide de tout plaquer pour la scène.

Si l’aisance qui émane sur scène lorsqu’Yves Lecoq prend le micro semble évidente, sa carrière d’humoriste était loin d’être acquise. Cette semaine, Virginie Desvignes, journaliste chez Paris Match a recueilli les précieuses confidences d’Yves Lecoq, dans lesquelles il se dévoile sans détour. A 21 ans, il reprend le magasin d’antiquités de sa grand-mère, rue de la Chaise à Paris, après avoir suivi des études d’art et d’archéologie. L’humoriste précise d’ailleurs que c’est auprès d’elle qu’il s’essaye pour la première fois à l’imitation : "C’est pour elle que, tout gamin, je fais mes premières imitations des voisins. Au lycée, je m’inscris dans la section théâtre. J’adore jouer la comédie. Mais pour mes parents, ce n’est pas un avenir. Aussi, lorsque je deviens antiquaire, ma famille est-elle rassurée."

Pendant 5 ans, Yves Lecoq va alors jongler entre ses deux passions. Tout en gardant un œil sur les passages d’éventuels clients, il se réfugie au fond de la boutique pour s’adonner à son plaisir caché, "l’imitation chantée". Ses amis sont son premier public. Parmi eux, un certain Paul Wermus y décèle là un vrai talent à exploiter et en un rien de temps, Yves Lecoq se retrouve propulsé sur scène pour faire l’ouverture du nouveau cabaret de Bob Otovic, un producteur. Ses parodies de Serge Gainsbourg et Jane Birkin ou encore de Nina Simone sont un vrai succès : "les gens rient aux larmes". Mais pas de quoi encore faire tourner la tête de l’imitateur puisqu’ il continue à exercer son métier d’antiquaire.

Succès à la scène, problèmes avec les huissiers : Yves Lecoq abandonne sa boutique

La consécration, c’est deux ans plus tard en 1973 lorsque son producteur Bob lui propose de passer dans un cabaret qui ouvre aux Champs-Elysées. En deux semaines seulement, tout le gratin de la télévision vient assister à son spectacle et Eric Chardent décide de l’emmener en tournée avec lui, à l’Olympia. La suite ? Tout le monde se l’arrache : Michel Drucker, Daniel Gilbert… Des problèmes d’argent le poussent à abandonner son magasin : "Un gros impayé achève de le couler. Les huissiers débarquent, et je suis contraint de fermer. Je suis happé par le spectacle. Je n’arrêterai plus mes imitations, enchaînant les tournées et les émissions de télé. Et voilà comment, moi qui avais toujours cherché à vendre de l’authentique, j’ai gagné ma vie grâce à la copie" ironise-t-il dans les colonnes de Paris Match.

Le comique atterrit finalement aux "Guignols de l’info" où il s’illustre en Patrick Poivre d’Arvor. Il se souvient : "‘Les guignols de l’info’, c’est un sacerdoce : depuis vingt-six ans, tous les jours, je suis PPDA ! Nous nous aimons bien, après des débuts un peu tendus".

Réagissez à l'actu people
Fil d'infos
People Tweet
  • 12 déc Cyril Hanouna @Cyrilhanouna
    Ç est partie pour la folie #TPMP , une équipe de ouf ce soir ! ❤️❤️❤️❤️❤️ je vous aime !
    Détails
  • 12 déc Non Stop People @NonStopPeople
    L'oncle de Jenifer, Jean-Luc Codaccioni, figure du grand banditisme corse, est mort. Il avait été victime d'une ten… https://t.co/OTrlpyLd5X
    Détails
  • 12 déc Kev Adams @kevadamsss
    🤷🏻‍♂️❤️ https://t.co/DJfGXdGvy4
    Détails